Friday, July 21, 2023

L’ONU en quête du blanchiment du génocide perpétré contre les banyamulenge




Depuis plus  de  six ans,  jour après  jour  les Tutsi Banyamulenge  succombent  aux  coups  des  machettes, lances  et fusillades dans leur milieu naturel  sous la barbe complaisante de la MONUSCO mais à ce jour , il suffit  de brandir le rapport des experts   de  l'ONU  afin que  les Banyamulenge trouvent  la mort partout où  ils se trouvent.  

  1. BREF APERCU HISTORIQUE DE LA  FORCE ONUSIENNE EN RDC

Le terme  «communauté internationale»  est une expression politique désignant de façon imprécise un ensemble  des états influents en matière de politique internationale. Il désigne  principalement : les États membres de l'Organisation des Nations unies (c'est-à-dire tous les pays représentés  à l'Assemblée générale) ce qui représente la quasi-totalité de la planète, à quelques exceptions près ; les seuls États membres du Conseil de sécurité des Nations unies (ou, plus précisément, les cinq membres permanents)  les « groupes », partenariats entre pays militairement ou économiquement puissants, tels que les pays de l'OTAN ou du G7, G20…..

C'est ainsi que  le 30 Novembre 1999 avec la résolution 1279, les Nations unies décident de déployer  la  Mission de l'Organisation des Nations Unies  en RDC (MONUC) en sigle. Puis quelques années après  la mission a été  rebaptisée en  mission  des nations unies pour la stabilisation  de la RDC  (MONUSCO)  en sigle  pour  refléter la nouvelle phase  dans laquelle le pays était  entré.

La nouvelle mission était en  effet  autorisée à utiliser  tous les moyens nécessaires pour s'acquitter de son mandat en vue d'assurer la protection des civils et de leurs biens, du personnel  humanitaire et du personnel chargé de défendre les droits de l'homme. Depuis Mars  2013, la mission avait été dotée  d'une brigade offensive censée avoir  une mission de pouvoir affronter les groupes armés dans  l'Est du pays.

Qu'il me   soit  permis  de rappeler que  la MONUSCO est la plus  couteuse de misions des nations- unis dans l'histoire de l'ONU.  Son budget annuel est d'environ 1,11 milliard de dollars (quelque 987 millions d'euros)  avec un effectif de 16,215 militaires, 660 observateurs militaires, 391 policiers et 1050 policiers spécialistes.

En  RD Congo la MONUSCO  n'a qu'un  fiasco à son actif.  Le sigle « UN » fait partie du décor. Sur les aéronefs, sur  les véhicules tout-terrain, sur les camions blindés qui circulent dans toutes les villes et villages, il est partout. Omniprésent, mais toujours inefficace &désorientée. Dans l'Est du pays, où des massacres  constituent un lot  quotidien, ils sont   commis à quelques   mètres de bases de la MONUSCO, les habitants ont l'habitude de comparer les casques bleus à des « touristes » à cause de leur incapacité et manque de volonté à  neutraliser les milices qui sèment toujours la terreur dans la région.

Selon  Jack Sinzahera, activiste  du collectif  Amuka Congo ,  pour nous ; dit-il  on considère que la MONUSCO  c'est le malheur du peuple congolais. C'est la MONUSCO  qui envenime, qui instrumentalise les guerres  sans fin en RCD.  La mission a échoué  et on veut demander  que cette mission parte  poursuit  Jack  Sinzahera qui est aussi membre de la synergie des mouvements citoyens  pour la campagne  Bye-bye  MONUSCO.  Les congolais sont en colère contre la MONUSCO  poursuit-il  parce qu'elle n'est pas capable d'aider  à mettre fin aux agressions par  les groupes armées.

L'analyste politique  Christian  Moleka  est quant à lui  très  formel ;  il estime  que si le conflit continue , c'est bien  parce qu'il y a des gens  qui y trouvent leur intérêt , économie de guerre profitable aux différentes parties en interne , comme  à  l'international.  C'est ainsi  que la force onusienne est plusieurs fois inculpée  dans le commerce  illicite  des minerais en RDC.

  1. MASSACRE CONTENANT   LES  ELEMENTS  DU  GENOCIDE  DES TUTSI  CONGOLAIS : cas des   Banyamulenge

La violence  contre  les Tutsis  en RDC  date  depuis  l'époque  coloniale  mais  pour l'instant  il ne serait pas   nécessaire  de faire un rétrospectif  historique pour bien  comprendre les  phénomènes de ces  violences ou le principe de causalité  historique. Nous allons nous limiter  aux massacres contenant  les éléments du  génocide  contre les Banyamulenge  ces six dernières  années    sous la barbe complaisante de la MONUSCO  (force onusienne pour la stabilisation  de la RDC)

Qu'il me soit permis  de  rappeler que , quand  on  parle  des  massacres  à l'Est de la RDC, il s'agit  principalement  des tueries  sauvages  contre  les Tutsis  du Sud-Kivu  communément appelés  Banyamulenge,  les  Tutsis  du Nord-Kivu  et les  Hema  de l'Ituri,  qualifiés  des  Nilotiques  c'est-à-dire  des  étrangers  et  par conséquent   ne pouvant  en aucun  prétexte se   prévaloir  de la  nationalité  congolaise  ni même  d'être  détenteur  du droit   à  la vie.  Une  catégorie  de la  population  dont  l'unique péché constitue  le délit  de faciès qui sont    sauvagement  massacrés  en  spectacle   devant  les  FARDC  et  MONUSCO  pourtant  des forces  qui  sont sensées  les protéger.

En effet, la barbarie  humaine et la violence  ont fait entrer dans  le monde la notion  de crime contre  l'humanité  qui a vu   le jour dès 1945.  Un génocide est le même quel que soit le lieu où il prend place  explique   Honoré Gatera « Un génocide  peut  survenir à une période différente de l'histoire, dans des circonstances différentes. Il peut être causé par des criminels, par différents auteurs.  «Mais un génocide est le même quel que soit le lieu où il prend place » il   ne concerne pas une partie du monde ou d'un peuple plutôt le principe  s'applique à  toute l'humanité.

Il est nécessaire de rappeler que, le génocide commis contre  les Banyamulenge date  de très  longtemps  bien que  souvent  prétexter  aux  massacres interethniques ou intercommunautaires ;  ici nous pouvons cités   à titre d'exemple  les massacres de Gatumba  dont  la cible était des sujets congolais exclusivement  tutsis ou exactement, des Tutsis Banyamulenge.  Et bien d'autres : massacres de Kabela,  massacre de Lubonja secteur de Ngandja, massacres de Lweba de  Mboko ……..Et d'autres  massacres  et tueries sélectives  souvent assimilés ou  baptisés par les commanditaires   des  guerres  interethniques ou intercommunautaires.

A partir du mois  de  Mars  2017 ce n'était  plus qu'une crise humanitaire, ou  nettoyage ethnique  ou  massacre contenant des « éléments de génocide. »  Comme  beaucoup  de personnes et experts ont l'habitude de le  dire.

Les exactions que  subies  la minorité  Banyamulenge  ce  sept  dernières années  ressemblent  de plus  en plus à un génocide en bonne et due forme.  Tout indique qu'il s'agit d'un plan bien  planifié   pour  exterminer  tout Munyamulenge se trouvant  sur  le hauts plateaux  d'Itombwe  soit par l'épée, la famine, ou leur exposés aux intempéries de toutes sortes.

Des crimes « atroces » et à « grande échelle » se déroulent toujours à l'endroit des Banyamulenge, des centaines des villages ont été  brulés (politique de la terre brulée)  les survivant passent des nuits à la belle étoile dans une région à climat froid, là où il neige pendant la saison sèche  et il  gèle pendant la saison de pluie.

Presque  la quasi-totalité  de  vaches ont été  razziées, des champs et récoltes  brulés. Les survivant se trouvent encadrés  dans les camps des refugiés sans assistance humanitaire ni autorisation  de sortir du camp pour chercher la nourriture.   Les attaques répétitives  sont devenues un lot quotidien en l'encontre  des Tutsis  Banyamulenge  sous l'œil  sarcastique de la force Onusienne  (MONUSCO et des  FARDC).

Les Banyamulenge qui résistent  au  génocide  sont  accusés  d' engager directement  la guerre   aux    FARDC (Forces  Armées  de la République Démocratique du Congo) car selon eux,   les Banyamulenge  doivent  tendre les  gorges  pour  que les têtes  roulent   afin  de faire  du   plaisir  à  la  MONUSCO  et aux FARDC.

Les  Banyamulenge  sont victimes  des tueries abominables et, une  vraie guerre avec des vraies peurs et de vraies morts, de vraies trahisons et de vrais courages de tuer, de vraies tortures et de vrais holocaustes. Et, par là-dessus, un silence hypocrite ! Un silence qui dure plus de six  années  consécutives. 

 Ce serait plus simple pourtant  de pouvoir   pleurer  et de mettre les mots sur ses larmes.  La  souffrance est si immense , les Tutsi congolais   ne peuvent  trouver  d'autres moyens  que d'écrire,  de pousser un cri d'alarme  à la connaissance du monde  du  calvaire qui nous  sont infligés  par nos voisins en complicité avec  les autorités  tant civiles que militaires pourtant sensés nous protégés.

Notre  peine  est si  forte  de nature  qu'on ne  peut les  exprimer  par les mots,  douleurs  qui sont  au  delà  de l'imaginaire.  L'instrumentalisation de la question de  nationalitaire à des fins politiques  est entrain de faire  beaucoup de mal parmi les populations  autochtones Tutsi Banyamulenge  des hauts plateaux d'Itombwe ( Uvira Mwenga et Fizi).

  1. DISSIMULATION DES TUERIES FAITES AUX BANYAMULENGE  PAR  LA l'ONU

«Il est essentiel  que  les  nations reconnaissent  les  fautes  qu'elles ont commises, non pour se repentir, on ne se repent que de  ce  que l'on  est personnellement responsable  mais  que cela  éclaire  le  passé et aide à ce que cela ne  se renouvelle pas» :   Arno  Klarsfeld

Depuis  l'hécatombe  du  peuple  Banyamulenge communément appelé  Tutsis Banyamulenge par la coalition dite mai-mai ( Banyindu, Babembe, Bafuliru, Bavira et rebelles burundaises ) qui a vu  le jour en  Mars  2017  dans le groupement  de Bijombo jusqu' à embraser toute la région ( Uvira montagne, Secteur d'Itombwe en territoire de Mwenga et territoire de Fizi).

La  MONUSCO  avait  assisté  en observateur passive  et désintéressé aux tueries  sans précédent  où tous les villages furent  calcinés l'un après l'autre jusqu'à atteindre plus de trois cents villages  soit 80% ,  des vieilles mamans brûlées vives……., des milliers  et des milliers des vaches des  Banyamulenge   emportées par la coalition du mal sous  la bénédiction des FARDC et   MONUSCO.

Cependant, personnellement  j'ai  été intrigué  par  la  grossière diffamation  qui  actionne  le rapport  du groupe  d'experts des Nations-Unis    criminalisant   les victimes  Banyamulenge  en  faveur  de leurs   bourreaux .

Qu'il me soit permis de citer  quelques exemples les plus impressionnants :

La crise liée au M23 a accentué les clivages ethniques entre les belligérants et continué d'alimenter la xénophobie et les discours de haine à l'encontre des populations rwandophones vivant en République  Démocratique du Congonotamment les Tutsis et les Banyamulenge, confirme le rapport des experts des Nations-Unies sur la RDC ''Je  rappelle  que  les tueries  sélectives  contre les Banyamulenge  a vu le jour en Mars  2017  d'abord dans le territoire  d'Uvira groupement de  Bijombo  jusqu'à embraser toute la région  du haut et moyen  plateaux , tandis que le M23 n'a resurgie  qu'en Mars 2022  après  5 ans  d'exécutions  sans relâche  des Banyamulenge par la coalisation  de 4 tribus y compris les FARDC sous  la barbe complaisante de la Monusco.

Afin de justifier son expansion terroriste agressive  au Nord-Kivu, le M23 a exploité le discours selon lequel il protégeait de l'extermination les populations congolaises tutsies et Banyamulenge de l'Est de la République démocratique du Congo (voir par. 49 plus haut). Dans ses communiqués publics, le M23 évoque un « génocide imminent » contre la population tutsie qu'il prétend protéger, liant ainsi inextricablement celle-ci à ses objectifs belliqueux et expansionnistes. Ce discours a également été utilisé par le Rwanda, ainsi que par les Twirwaneho, à l'égard de la population Banyamulenge renchéri  le rapport d'experts de  l'ONU  (voir annexe 53) :  J'en appelle  à  l'opinion  nationale  qu'internationale  que les discours  des haines  stigmatisant  les  Tutsis  datent  du début  de l'indépendance  à ce jour.   A titre d'exemple :

En  1996  le vice-gouverneur  ( Lwabandji  Lwashingabo) du Sud-Kivu  donna un ultimatum de six jours  aux Banyamulenge de quitter  sans condition  l'ex. Zaïre  et de s'exiler Rwanda.

Après  les six jours donc,  les Banyamulenge ne seraient  pas  des zaïrois  ni des rwandais non plus.  Qui allaient-ils devenir ? Deux possibilités s'offraient à eux :

  1. Accepter le fait, et devenir apatride, vivre dans cet état et mourir
  2. Refuser et résister afin, de changer la cour de l'histoire.

En  1994  le  commissaire de la zone d'uvira  dans une assemblée chrétienne réunissant trente mille fidèles à Kasenga, traitant  les Banyamulenge des  serpents envahisseurs. Il demanda publiquement, aux autres tribus  du Sud-Kivu de se débarrasser  de ces serpents venimeux.

En 2020 date de l'audition  du Ministre  Azarias Ruberwa  à l'Assemblée nationale,  l'honorable  Eva Bazayiba  rétorqua  en ces termes : Hier, c'était  la nationalité, aujourd'hui  la terre et demain ça sera l'autonomie, l'indépendance et le droit du peuple, nous ne pouvons pas supporter toujours des revendications ascendantes a-t-elle renchérie .

En effet, Si   l'imaginaire collectif  anti tutsi  s'amplifie  en RDC  ces sept dernières années  et bien,  c'est l'œuvre  et  contribution  active  du Ministre honoraire  Justin  Bitakwila  par  ses  discours incendiaires  qu'il ne cesse de proférer même  sur les antennes  de la télévision  nationale  ( RTNC) .

La crise liée au M23 a accentué les clivages ethniques entre les belligérants et continué d'alimenter la xénophobie et les discours de haine à l'encontre des populations rwandophones vivant en République démocratique du Congo, notamment les Tutsis et les Banyamulenge renchéri-t-il le rapport d'expert des nations-Unies  (, par. 72) : encore un mensonge  grossier et cousu  de toutes pièces  par le groupe d'experts de l'ON su la RDC car les tueries des Banyamulenge commencèrent en Mars  2017 tandis que  le M23 resurgie en Mars 2022 après  à peu près  10 ans de son exile en Ouganda.

Plusieurs sources ont continué de faire état d'une alliance entre les Twirwaneho et la RED Tabara page 107 les deux groupes étant apparemment soutenus par le Rwanda et collaborant vraisemblablement avec le M23 confirme  le rapport  (voir par. 142 à 145 plus bas) : une   assertion qui justifie   à suffisance  l'ignorance  des experts sur la réalité  de la guerre à  caractère génocidaire qui se déroule à Minembwe .  puisque  le Red Tabara  se bat a côté  de mai mai pour decimer les Banyamulenge.

Plusieurs sources ont expliqué que les contributions de la diaspora, notamment de la Mahoro Peace Association, ont commencé quand les Twirwaneho étaient encore un groupe d'autodéfense (par. 133), mais que les cotisations ont augmenté sous le commandement de Makanika . Selon ces sources, plus les combattants faisaient de conquêtes militaires, plus ils recevaient de fonds  renchéri le groupe d'experts : Un complot  non le moindre  de la communauté  international qui  consacre dans  son plan génocidaire  que  les Tutsis Banyamulenge  ne soient bénéficiaires   d'aucune assistance humanitaire  en médicaments, nourritures sans abris ….etc.  ni par les ONG ni par  leurs  enfants de la diaspora.  Pour l'ONU les Banyamulenge  doivent mourir  si pas par fusillades,  c'est  par la famine ou manque des médicaments. Puisque  l'unique  source  de cette population  appauvrie  et abandonnée,  ce sont leurs enfants de la diaspora.

Selon le rapport  conjoint  de l'ONG  Américaine  Human Rihgts Watch ( HRW)  du groupe  d'Etudes  sur le Congo  (GER) un projet de recherche à l'université  de New York, il y a 120 groupes armés et rebellions étrangères  opèrent dans les provinces  du Nord et du Sud-Kivu. Pourtant  le rapport  du groupe des experts des Nations-Unies  s'était concentré  sur le M23 , l'autodéfense  TWIRWANEHO et rebellions  étrangères  pendant  que  tous  les autres groupes  armés  Mai mai et autres……ont été  osmoses   par  le gouvernement congolais  à leur baptisant des WAZALENDO  qui signifient  patriotes  œuvrant  de concert avec les FARDC  pour  tuer les Tutsis.

Voilà  les quelques  observations   qui justifient  le rapport  fallacieux  du groupe  d'experts  des nations-unies  qui inculpent   les victimes Tutsis au détriment  de   leurs  exécuteurs.

3.1. LE RAPPORT  D'EXPERTS   DES NATIONS-UNIES  MET  LA CONTREE  A FEU ET A SANG 

Depuis  la   publication de rapport  du groupe  d'experts des nations-Unies  qui accuse  explicitement    les Tutsis  congolais en général  et  Banyamulenge en particulier,  l'état congolais  a  obtenu  un feu vert (greenlight)  de mettre  tous les  Banyamulenge au bac des accusés puisque  leurs  tueries  sont  dores et déjà légitimées  par  l'ONU.

Les  Nations- unies  porte  une  lourde  responsabilité  d' avoir  prêter main forte  à l'état  congolais et ses milices  mai mai  tendances  confondues   pour  la dévastation  complète des Tutsis  congolais.

En  effet,  la publication du  rapport  a eu  lieu  après  une  accalmie  relative  dans les hauts  plateaux  d'Itombwe   au moment  où  les  routes  non  fréquentables  depuis  à  peu près  7ans  venaient  d'être  recouvertes  par exemple  les  gens  venaient  de Minembwe  à  Uvira en passant  par Bijombo  tandis que  les autres partaient  de  Uvira   pour  Minembwe  et vice-versa.  Qu'il me soit  permis de rappeler  que   l'unique moyen de transport  était  par voie  aérienne  de  depuis plus de six ans.

Au  lendemain  de la publication  du  rapport  des experts des Nations-Unies  sur la RCD  plusieurs  tueries  et kidnapping  ont été  enregistrés  en l'encontre  des Banyamulenge.

Chronologiquement  les cas ci-après ont été signalés :

  • Un garçon et  sa sœur ont été kidnappés  dans  la plaine de la Ruzizi
  • Deux hommes ont été  tués  et les autres grièvement  blessés  sur la montagne surplombant  la ville  d'Uvira.
  • Un autre jeune  homme a été égorgé à Kalemie
  • Dr Lazare un activiste de paix et un homme  philanthrope   a été enlevé  à  Uvira via Kinshasa  pour motif d'être cité  mensongèrement   par le rapport  du groupe  d'experts  des nations-Unies.
  • Une jeune fille adolescente a été poignardée   à Uvira quartier Kabindura pour motif qu'elle est  Tutsi Munyamulenge,  pour ne citer  que ceux-là.

Les informations  à  notre possession  font  étant  de  préparation  d'une  attaque  imminente   de l'autodéfense  TWIRWANEHO  par  une force  alliée   dont :  des Mai mai, FARDC et Imbonerakure  ( milice burundaise), Red tabara   sous la couverture  du  rapport  d'experts  des nations-unis  qui  criminalise  les victimes  Banyamulenge  en  faveur  de  leurs  bourreaux.

 Il est  opportun  de   porter   à  la connaissance  du   monde, les  Nations-Unies y compris que  le gouvernement  congolais a transformé  les Tutsis au bouc émissaire et  que le rapport du groupe des experts de Nations-unis  emboite ouvertement  le pas aux politiciens  ultra tribalistes   congolais  de rendre  les Tutsis   apatride  et à  défaut  parachever   l' épuration   ethnique  effective   cette fois-ci  sous la bénédiction  de rapport du groupe  des experts de l'ONU.

Cependant,  il me revient de souligner  que  les Tutsis  congolais  n'ont pas  l'apparence  d'une brebis timorée que l'on peut vouer à un sacrifice  salvateur  d'une  nation  moribonde.

Ces  Tutsis  dont  l'on accuse  de toutes sortes des maux, les  tutsis  dont  l'ONU est entrain de calomnier  et de   haïr à dessein ,  ne  se  laisseront   faire,   mais  ils ont   un  rôle  à jouer :  défendre  leur  droit à la vie jusqu'à la dernière  goutte  du sang.

C'est  fini le temps où à cause  de  notre   communauté  ethnique, ils nous étaient forgés de tendre les cous  aux  bourreaux pour que les têtes  sautent. Tout cela c'est fini, définitivement c'est fini !!

B. N Bamara Fils

Le citoyen  du monde 

Disclaimer: Cet article est publie dans son entierite et a partie a Mille Collines Info don't l'auteur est B.N Bamara Fils  

 


Saturday, July 8, 2023

L'HYPOCRISIE DES NATIONS-UNIES FACE À L'INJUSTICE FAITE AUX BANYAMULENGE E T AUX TUTSIS DU NORD-KIVU



Si la Charte des Nations Unies est fondée sur les principes de la dignité et de l'égalité de tous les êtres humains, et que tous les Etats Membres se sont engagés à agir, tant conjointement que séparément, pourquoi alors les Nations-Unies n'interviennent pas quand elles voient en plein jour l'injustice faite aux Banyamulenge, aux Tutsis du Nord-Kivu et aux Hema de l'Ituri? Que veut dire agir conjointement si les Nations-Unies n'interviennent pas même dans les affaires internes du pays, lorsque la sécurité est menacée dans un pays signataire de la Charte ? Qu'est-ce que les Nations-Unies appellent : « le maintien de la paix et la sécurité

internationales qui les pousse à prendre des mesures collectives

efficaces en vue de prévenir et d'écarter les menaces à la paix », quand la race humaine est égorgée froidement en présence de ses agents chargés du maintien de la paix et de la sécurité mondiales ?Combien de fois les Banyamulenge ont été tués à quelques mètres de positions des

forces onusiennes, MONUSCO? Pourquoi ces Forces Onusiennes n'interviennent pas quand elles voient mourir les banyamulenge, alors que leur rôle est le maintien de la paix? La neutralité des Forces onusiennes les désigne-t-elle arbitres dans ladite guerre ? Quel profit que ces forces tirent-elles de leur passivité ? Que signifierait le respect du principe de l'égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d'eux-mêmes, si les Nations-unies n'interviennent pas pour mettre fin aux injustices faites aux congolais marginalisés et privés de droit à la vie?

La République Démocratique du Congo a ratifié la Convention internationale sur l'élimination de toute forme de discrimination raciale affirmant que tous les hommes sont égaux devant la loi et qu'ils ont droit à une égale protection de la loi contre toute discrimination et contre toute incitation à la discrimination. Pourquoi la RDC n'extrade-t-elle pas l'ancien Ministre du développement, Monsieur Justin BITAKWIRA BIHONAHAHI recherché par les juridictions internationales pour avoir commis des crimes contre l'humanité et le génocide à l'encontre les Banyamulenge du Sud- Kivu et aux Tutsis du Nord-Kivu? Le pays

privilégie-t-il l'impunité ? Justin BITAKWIRA BIHONAHAHI ne cesse de s'approprier les mayi-mayi qui se nomment « Wazalendo » et les qualifie de garçons de chasse qu'il manipule à sa guise. Nous ne serons pas aberrant si nous affirmons qu'il y a absence totale de la justice en RDC quand bien même la justice est toujours idéale. La Bible nous affirme que la justice élève des nations et que le péché fait la honte des peuples.

La République Démocratique du Congo ne peut prétendre avoir la paix, si le pays ne pratique

jamais la justice. Au Congo Démocratique, nous n'assistons qu'à l'injustice de tous les

jours. Le pays se réclame démocratique et se nomme : République Démocratique d u Congo, mais tout ce que le pays fait est antidémocratique !Si au moins

le pays s'était appelé, République totalitaire du Congo, son nom concorderait mieux avec ses faits dictatoriaux auxquels on assiste

tous les jours ! Qui dit: «Démocratique » dit ce qui est relatif à la démocratie et à ses principes. N'attendons-nous pas souvent parler d'un État démocratique ou d'un régime démocratique ? La démocratie se

définit comme régime politique dans lequel le peuple dispose du pouvoir souverain et l'applique en respectant des principes démocratiques (cadre constitutionnel stable, respect de l'opposition et des minorités, balance des pouvoirs, etc..).

Cette notion démocratique est quasi absente au Congo Démocratique...!

Les congolais sont de bons parleurs, mais ne sont pas de bons faiseurs ! Le pays est gangrené, du pied à la tête, par une extrême corruption dont le corollaire est l'injustice dans toutes ses entités administratives, aussi bien que dans toutes ses instances judiciaires ! Qualifier ainsi mon pays

natal n'est pas une trahison, mais c'est parce que le pays fait l'opprobre à travers le monde. Un cas frappant qui déshonore le pays est celui de la r é c e n t e a r r e s t a t i o n a r b i t r a i r e d u D o c t e u r L a z a r e R U K U N D WA récemment arrêté à Uvira / Sud-Kivu lorsqu'il rejoignait sa famille

nucléaire à Bujumbura! Le Docteur Lazare RUKUNDWA, un homme de bien qui a réalisé de grandes œuvres, non seulement du développement, mais aussi des œuvres caritatives à l'égard des rescapés et déplacés de guerre qui a détruit et ravagé tous les Hauts et moyens Plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga, emportant ainsi les vies humaines, incendiant aussi toutes les maisons et emportant presque tout le bétail de la tribu minoritaire Banyamulenge. Comme Tempels Placide a dit que le monde des forces se tient comme une toile d'araignée dont on ne peut faire vibrer un seul fil sans ébranler toutes les mailles. Ainsi, tous les rescapés de cette sale guerre ont été aussi bouleversés par cette arrestation injustifiée fondée sur des fins discriminatoires. Qui ignore que

.1 Proverbes 14: 34.

 

 l'arrestation de ce Docteur était le pari de Justin Bitakwira Bihonahahi, de Naluvumbu fils KAMBAZA qui se nomme Mwami w'Enjuki et de

Samadari qui se nomme aussi Mwami W'Embasi, ce triumvirat avait juré qu'il fera deuil et désolation aux Banyamulenge jusqu'à leur effacement total et à défaut à leur expulsion vers le Rwanda. Tous ces scélérats affirment avoir vu les banyamulenge entrer dans la RDC en provenance du Rwanda et les qualifient d'étrangers, alors que le Président de la République, Tchisekedi Félix a déclaré que les Banyamulenge sont des congolais, en le déclarant en Lingala que « les Banyamulenge bazali ba congolais » ! L'honoraire Ministre Justin Bitakwira Bihonahahi, Naluvumbu et Samadari organisent régulièrement des guet-apens ou

des kidnappings à l'encontre des Banyamulenge et demandent aux

victimes de rançons exorbitantes, sous- peine de leur ôter la vie.

L'appareil judicaire congolais devrait savoir que toutes

les accusations mensongères faites par ce triumvirat ne deviennent pas vérité parce qu'elles se propagent et se multiplient si rapidement, comme la vérité ne devient pas aussi mensonge parce qu'elle n'a pas été dite par ledit triumvirat, si l'on peut alors paraphraser ainsi ce qu'a dit Gandhi que « L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie, comme la vérité ne devientpas erreur parce que nul ne la voit pas ». Nous demandons aux Nations-Unies et à la Communauté internationale

de rappeler au Gouvernement congolais à devoir respecter ses engagements de protéger tous les citoyens de la même manière sans

discrimination et de faire justice aux opprimés qui sont les Banyamulenge, les Tutsis du Nord-Kivu et de Hema de l'Ituri.

Nous lui demandons de cesser dans l'immédiat de telles arrestations

arbitraires fondées uniquement sur le faciès et procéder aussi à la libération inconditionnelle de tous les Banyamulenge et d'autres Tutsis incarcérés dans les prisons de Ndolo et Makala/ Kinshasa aussi bien que ceux qui se trouvent dans d'autres prisons au travers le pays, notamment à Bukavu, Uvira, Goma, Bunia et ailleurs.

Nous demandons aussi aux Nations-unies de procéder à la protection de peuples minoritaires et exiger que la RDC respecte les dispositions de la Charte des Nations-Unies qu'elle a ratifiée.


Par : 

Pacis AMICUS RWAMAKOMBE, le Philantrope.

 

Thursday, June 22, 2023

DEUX PEUPLES QUI ONT PERDU LA COMPASSION MONDIALE

Bukavu le 22 Juin, 2023

Il s'agit des Juifs et Les Banyamulenge;Perdre la sympathie mondiale signifie  ne plus bénéficier la couverture ou la protection de la communauté internationale. Autrement dire c'est être livré à un groupe de prédateurs ou à une  nation soucieuse de vous supprimer sur l'échiquier mondial. 

Pendant la deuxième guerre mondiale,le nazi  Adolphe Hitler s'était engagé à massacrer le peuple juif avec intention de les effacer  complètement sur la carte du monde . 
Il y eut six millions de morts sur le vieux continent européen aujourd'hui réputé les pays à vocation démocratique.
 Mais ils n'ont pas pu stopper le génocide des Juifs alors qu'ils en avaient le moyen humain et matériel. Puisque aussitôt après  l'holocauste juif,l'Allemagne fut vaincue  et partagée entre le bloc de l'ouest capitaliste et celui de l'est communiste. 

La SHOAH juive fut et reste le plus grand génocide qui s'est produit avec la bénédiction des  puissances hégémonique et dont les séquelles demeurent à jamais indélébiles. Mais curieusement cela n'a pas suffi à dissuader l'humanité pour que cette mésaventure humaine ne se répète plus . 

À Minembwe chez les Banyamulenge.
Un génocide silencieux couve depuis Mars 2017.
Aucune puissance mondiale ne s'y intéresse ni une quelconque organisation étatique ou non étatique;Et cela malgré les cris amers incadescents des victimes de tous les jours . 

Les gens meurent ou prennent le chemin de l'exil,leur richesse ravie par des voisins pour cause de la nationalité dans un pays qu' ils ont vécu avant la naissance des frontières telles que  tracées par les puissances coloniales. 

L'organisation des Nations unies le sait pertinemment, les démocraties occidentales par l'entremise de leurs chancelleries,assistent aux carnages.
La  Monusco,est le grand témoin de tout ce qui se fait mais tout le monde cois ! Tout le monde bouche bée !

Le 25 Novembre 2011, l'ambassadeur de la France a effectué une visite éclair sur Minembwe mais il est rentré à Kinshasa avec des rapports plein les bagages. 
Le 30 Septembre 2020 celui des USA lui a emboîté le pas mais aucun résultat escompté n'a été enregistré jusqu'à ce jour .
Toujours les morts ne se comptent pas et par jour. 

Récemment,un homme , un cultivateur , KARANGWA ERNESTE,  48 ans,père de 7 enfants  a été atteint par une balle mortelle dans la poitrine lorsqu'il se rendait au champs le 20 juin 2023 .

Il était un déplacé  ayant élu domicile dans le camp de Mikenge où les femmes et les hommes sont chaque fois tués par les  Maïmaï alors qu'ils sont placés sous la  protection de la Monusco.  

Les Maïmaï,ces miliciens au départ antigouvernementaux mais devenus des combattants du pouvoir par excellence contre le M23 continuent de faire malheureusement des victimes parmi les Banyamulenge. 
Arrêtons-nous un peu et réfléchissons ! Faut-il toujours continuer de croire que  nous sommes des victimes des inciviques Maïmaï alors qu'ils sont au service du gouvernement ? 
À la communauté internationale de nous le dire;Mais aussi de nous dire pourquoi sommes nous ces mal-aimés du monde au point d'être livrés à l'extermination.  

Se faire tuer pour cause de la nationalité dans un monde à tendance de la globalisation mondiale  et intelligence artificielle : c'est ridicule. 

Jeudi,le 22 juin 2023
*Jean scohier MUHAMIRIZA*
Président du comité des Banyamuleng à Bukavu.

Friday, May 5, 2023

LETTRE OUVERTE AU SECRÉTAIRE GENERAL DES NATIONS UNIES


 A son Excellence Monsieur António Guterres, Secrétaire Général
Nations Unies
405 E 42nd St,
New York, NY/10017 USA

Monsieur le Secrétaire Général,

Nous, membres des communautés Banyamulenge, Hema et Tutsi du Nord Kivu regroupés au sein du Collectif des victimes, nous adressons à votre autorité pour vous alerter quant à notre situation sécuritaire.
Depuis plusieurs années, les communautés Banyamulenge, Hema et Tutsi vivent un processus d'extermination lente à caractère génocidaire dans leur pays la RDC.

Depuis 2017, ce processus a pris des proportions tragiques et il ne se passe pas un jour sans un pogrom dans l'un des villages de nos communautés, sans une destruction de biens voire des assassinats dans des conditions atroces, tout cela dans un climat fanatisé par des discours de haine d'une violence inouïe contenant des appels publics à l'élimination de nos communautés.
Tout cela se déroule dans une indifférence générale savamment entretenue par certains officiers militaires FARDC, en alliance avec des milices illégales telles que CODECO, FDLR, NYATURA, RED TABARA, MaiMai YAKUTUMBA et bien d'autres encore.
Cette complicité, historiquement illégale, reçoit désormais un aval officiel puisque le gouvernement de la République Démocratique du Congo accorde depuis peu à ces groupes armés le statut de milices d'autodéfense, fournissant armes et uniformes à des gens qui, quelques heures plus tôt, pillaient et martyrisaient nos communautés. Désormais, les actes sont les mêmes mais les auteurs de ces crimes sont blanchis par des dirigeants FARDC qui ne se posent plus de question à propos du comportement de ces criminels, rendant l'Etat congolais responsable de leurs exactions.

Alors que nous sommes abandonnés à nous-mêmes et sans aucun secours depuis plusieurs années, nous demandons que les FARDC appuyées par la Monusco s'engagent à accomplir leur mission comme il se doit c.à.d assurer la protection des civils et de leurs biens.
Pourquoi Madame Bintou Keita reste-t-elle sourde à nos demandes ? Pourquoi ne rencontre-t-elle pas les directions de nos associations et nos équipes d'avocats pour examiner la meilleure façon de protéger les populations civiles victimes de ces exactions et de ces atrocités ? Pourquoi reste-t-
elle silencieuse dans le confort de sa fonction ? Nous n'exigeons que la protection des civils contre ces milices d'auto-défense.

Son Excellence Monsieur le Secrétaire Général, des mesures d'urgence devraient être prises pour sauver et protéger les membres de nos communautés qui sont massacrés par la faute de leur identité. 

Certains voudraient cacher l'existence d'une épuration ethnique à caractère génocidaire menée sans respect de la personne humaine en République démocratique du Congo et pourtant c'est de cela dont il s'agit dans les deux Kivu et en Ituri.

Nous appelons officiellement à l'aide la communauté internationale qui se réunit autour de vous le 6 mai prochain pour votre assistance et protection.
Nous vous prions de donner un mandat précis et impératif à Madame Bintou Keita pour la mise en œuvre de mesures concrètes pour la cessation des exactions dont sont victimes les membres de nos communautés. Si elle ne s'estime pas compétente pour stopper ce drame en cours, nous vous prions de désigner un autre représentant à cet égard. Nos communautés appellent au secours et espèrent que leurs voix jointes dans une même détresse seront mieux entendues.

Nous restons à votre entière disposition et vous prions de croire, Son Excellence Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies, en l'assurance de notre haute considération.

Signé par le Collectif des victimes Banyamulenge, Hema et Tutsi du Nord-Kivu

Dieudonné Ndinda, Président ISÔKO_USA Odette Rwubuzizi. Présidente ISÔKO_Canada 
Irène Kamanzi, Présidente ISÔKO_Benelux Me Jospin Mateso Savo, V/Président Hema Sabiti Mugara, Hema United Kingdom
Adèle Kibasumba, Présidente Mahoro Peace Association
Felix Nyirazo Rugobora, Président Le Collectif Gakondo
Esperance Nyasezerano, Présidente Gatumba Refugee Survivors Foundation, Inc. Innocent Nteziryayo, Pour le Collectif des Avocats des parties civiles
         E-mail : Info.collectifdesavocats@gmail.com
 
Copie pour information :
- A son Excellence Monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, Président de la RDC Palais de la Nation à Kinshasa;
- A son Excellence Monsieur Azali Assoumani, Président de l'Union Africaine et Président des Iles Comores/Moroni;
- A son Excellence Monsieur Moussa Faki Mahmat, Président de la Commission de l'Union Africaine à Addis Abbeba/Ethiopie;
- A son Excellence Monsieur Evariste Ndayishimiye, Président en exercice de l'EAC et Président de la République du Burundi/Gitega;
- A son Excellence Monsieur Félix Tshisekedi Tshilombo, Président de la RDC Kinshasa/Palais de la Nation;
- A son Excellence Monsieur Yoweri Kaguta Museveni, Président de l'Uganda à Kampala;
- A son Excellence Monsieur William Samoei Arap Ruto, Président du Kenya à Nairobi;
- A son Excellence Madame Samia Suluhu Hassan, Présidente de la Tanzanie à Dar-es-
Salaam;
- A son Excellence Monsieur Salva Kiir Mayardit, Président du Sud Soudan à Djuba
- A son Excellence Monsieur Paul Kagame, Président du Rwanda à Kigali;
- A son Excellence Monsieur Joâo Manuel Gonçalves Lourenço, Président la CIRGL et
Président de l'Angola à Luanda;
- A son Excellence Monsieur Uhuru Kenyatta, ex-Président du Kenya et médiateur dans
le conflit de l'Est de la RDC à Nairobi/Kenya:
- Moussa Faki Mahamat Président de la Commission de l'Union africaine (CUA)
- Alice Wairimu Nderitu, Conseillère spéciale des Nations Unies pour la prévention du
génocide à New York/USA;
- Karim A. A. Khan, Procureur General de la CPI à la Haye/Pays-Bas:
- Me Bernard Maingain Avocat au Barreau de Bruxelles, Doyen des collectifs des
Avocat des Parties civiles à Bruxelles/Belgique


Bruxelles, 04 Mai 2023

 

Saturday, January 28, 2023

COMMUNIQUE DE PRESS PAR LA SOCIÉTÉ CIVILE NOYAU DE MINEMBWE.


Minembwe le 26 janvier 2023  

Deux chefs maimai d'Itombwe ( Kibukila et Zelamboma) accompagnés de leurs hommes armés  sont arrivés à Mikenge vers 16heures, sur place ,selon les habitants qui les ont vus, ils s'entretiennent avec les FARDC  sous le commandement du colonel John Mwandumba. Après cette rencontre qui a duré une heure au moins, les maimai ont pris la direction de Mutambala en passant par la route point zéro.
Il est difficile de savoir à l'instant l'objet de cette rencontre officielle entre l'armée  loyaliste et les milices locales. ( les forces armées burundaises FDNB étaient présentes, nous les prenons en témoins)
Il faut rappeler que l'un de ces groupes ( Zelamboma) venait de mener une attaque contre les Banyamulenge de Mikenge en date du 30 décembre dernier et emporté 37 vaches  sans faire d'autres victimes heureusement. 
Pour quoi n'a-t-il pas été arrêté par les forces de sécurité à son arrivée à Mikenge? se posent la question les victimes. Hélas, la réponse est connue de tous, c'est la complicité longtemps décriée qui n'a jamais cessé. 
Le nouveau commandant de la 12ème brigade  qui lui-même est arrivé à Minembwe ce même jour, hier donc, le Général André  à qui  nous souhaitons la bienvenue, doit fournir beaucoup d'efforts pour arrêter une fois pour toutes  ce mariage dangereux et ridicule conclu à dessein obscure entre certains éléments FARDC et les milices tribales. 
À mutambala dans les moyens plateaux de Fizi où se sont dirigés ces maimai, ilya les FARDC qui devront surveiller leurs activités.

Fait à Minembwe ce 28 janvier 2023, 

Pour la société civile noyau de Minembwe, Ruvuzangoma Rubibi Saint-cadet, 
President.

POURQUOI LES FARDC NE PEUVENT JAMAIS GAGNER UN SEUL FRONT ? VOICI LA VÉRITÉ.

  En 2009, intervient la fin des hostilités entre les FARDC, le CNDP et le PARECO. Il a plu à la haute hiérarchie de la République du Congo en entente avec les deux groupes de me nommer le chargé d'intégration des forces susdites. Après intégration, il fallait procéder au payement et à la dotation en tenue militaire, ration et autres équipements militaires. Pour ce faire, la connaissance des effectifs normaux était un impératif absolu. 

La haute hiérarchie militaire recours à mon expertise pour cette fin utile. Au premier exercice, je constate que les FARDC déclarait 150 000 militaires, le CNDP, 6 300 militaires et le PARECO 11000 combattants. Après control et vérification des toutes les forces, les FARDC comprenaient 75 000 militaires plus les 6 300 du CNDP et les 11 000 de PARECO qui faisaient en tout un total de 92 300 militaires couvrant l'ensemble du territoire congolais. Peu de temps apres, on procède par le processus DDRR qui aboutit à la démobilisation de 20 000 militaires. A ceux-ci s'ajoutent 10 000 des déserteurs , empêchés et handicapés. Mon premier constat est que depuis, les fictifs là de 60 000, les 20 000 démobilisés et les 10 000 déserteurs étaient toujours considérés au sein des FARDC et leur solde et ration, dotations venaient chaque moi alors que ils ne faisaient plus partie de l'armée congolaise.

 En ce qui concerne la solde seulement, 9 millions de dollars par mois étaient décaissés. Cette somme colossale était partagé entre les gourous de la secte, donc le haut commandement militaire. Il me semble même que c'est devenu un système jusqu'à ces jours. Les effectifs militaires déterminent la teneur de la charge opérationnelle. C'est la base même de la planification des opérations militaires. De 150 000 à 60 000, c'est déjà un déficit spectaculaire et donc le déploiement militaire est presque impossible pour couvrir l'ensemble du territoire en terme de la sécurisation des personnes et des biens ainsi que la défense du territoire national. Hors avec la présence de plus de 150 groupes armés à l'est et le volume du travail il fallait trouver absolument des hommes pour cette fin utile. 

Les opérations d'uvira, de kalehe, de rutshuru, de béni et de l'ituri ne peuvent jamais connaître un seul succès. Là encore, les FARDC ont perdu plus de 35 000 militaires. Bref, l'armée congolaise regorge 25 000 militaires plus 18 000 recrues. Aussi, l'armée congolaise n'a pas de doctrine. Sa capacité de résistance au front de d'une heure au maximum. Donc pas d'endurance morale, ventral et physique. Elle n'est ni offensive ni défensive. Elle est composée par des forces disparates en provenance des insurrections, rébellions et soulèvements des civiles incorporés dans ce corps des professionnels. L'encadrement des militaires congolais est un et exceptionnel à travers le monde. 

Le salaire de base pour un militaire est de 256 000 FC équivalent de 110 dollars américains, 350 000 FC pour un colonel équivalent de 170 dollars américains et 359 000 FC  pour un général équivalent de 180 dollars américains. Seul le général a une prime de 4000 dollars américains le mois. Un militaire blessé au front est en charge de sa famille, un handicapé devient quémander et celui qui meurt au champ de bataille est à la merci des vautours et charognards n'ayant droit  ni aux obsèques ni à l'assistance pour les veuves et les orphelins des défunts vaillants combattants. 

Un militaire a droit à 5 dollars américains le mois comme ration. Disons même qu'à l'achat des équipements et matériels militaires on observe des détournements en auberge que chaque fois devant l'ennemi, ils crient soit au manque de munitions soit au retard dans l'approvisionnement. Aucune motivation s'en suit. Au delà de ça, la formation militaire continue est inexistante. Un militaire peut faire dix à 15 ans sans recyclage. Dans ces conditions il perd le réflexe militaire et d'autres atouts y relatifs. Faute de tout ce qui précède, les FARDC recourent aux groupes armés internes, soutiennent les ADF/NALU et font des alliances stratégiques avec les génocidaires du siècle , les FDLR auxquels ils promettent de soutenir pour rentrer chez eux au Rwanda par la voie militaire. Scandale. 

C'est pour cette raison même que l'insécurité est loin d'être éradiquée à l'est de la République. Comme encore une fois ces groupes armés internes et externes ne suffisent pas et le gouvernement congolais connaissant les faiblesses et les vulnérabilités de son armée est allé chercher le groupe international russe des mercenaires de Wagner. 500 mercenaires sont à goma. Un mercenaire est payé par jour 800 dollars américains dont 24 000 dollars américains par mois. D'où une somme de 12millions de dollars américains par pour ce seul groupe de 500. 100 dollars américains de ration par jour et 100 dollars américains pour le logement par jour. Un mercenaire blessé doit aller se faire soigner en Russie ou en Turquie aux frais du gouvernement congolais. Un mercenaire qui meurt sa famille reçois un million de dollars américains en guise de récompense. Que dire de tout ça ? Congolais ouvrons nos yeux car le Congo est en voie de disparition. Ce qui est drôle, nos investigations , le gouverneur Ndima detourne chaque semaine une somme de 345 dollars américains pendant son règne. Il vient d'acheter deux Villas modernes à Goma, deux autres à Kinshasa et une autre à Kigali. Chaque fois il envoie des véhicules qu'ils achètent en Europe passant par daresalam et Mombasa via goma. Tél est le tableau peint des irrégularités et faiblesses des FARDC qui dorénavant sont incapables de gagner un seul front même des voleurs à mains armées. Chers compagnons d'armes l'heure est grave. Vous mourez pourquoi? Makila po na ekolo dans ces conditions? Vous laissez où vos femmes et enfants après la mort? Qui prend soins de toi étant blessés ? 

Laissez à ces mercenaires le travail car il prend tout ce qui te revient. Le m23 ouvre ses bras pour vous accueillir et qu'ensemble nous définissions la réforme des services de sécurité capable de s'acquitter des missions nobles de sécurisation du territoire et de notre peuple. Oui il est possible. Venez, venez, nous vous attendons.  

A qui sait bien comprendre peu de mots suffisent.    Fait ce samedi 28 janvier 2023. Votre compagnon d'armes et revolutionaire col seraphin mirindi

Wednesday, January 25, 2023

Que les gens soient calme et se prépare à la libération totale du Congo.

Mercredi 25 janvier 2023. 


Que les gens soient calme et se prépare à la libération totale du Congo. Notre gouvernement ne veut pas résoudre les problemes du Congo pacifiquement. Ils préfèrent imposer à son peuple une guerre inutile car selon eux, les élections n'auront pas lieu et tshisekedi pourrait restait président de la République pendant 3ans avec le même gouvernement, le même parlement, et le même sénat, les mêmes gouvernements provinciaux, assemblées provinciales et dignitaires. 

Après ils vont se passer pour des pacificateurs en acceptant de négocier avec le m23 et autres pays voisins en vue de réunifier la République et de surcroît engager le pays aux élections générales fantaisistes organisées et gagnées à l'avance. Ce qui pourrait ajouter à ces 3ans, cinq autres années de misere, de souffrance, d'insécurité, de pauvreté, de corruption, de détournement, de discrimination et d'inégalité sociale. Pourquoi ne pas épargner la population de ce lourd fardeau de guerre et faire la paix avec tout le monde? Notre armée, les FARDC sont extrêmement faibles et ne peuvent nullement résister l'armée revolutionaire congolaise du M23. 

Alors, notre peuple doit faire la part des choses. Soit accepter de soutenir des gens qui leur font souffrir en le plongeant dans une confusion pour leurs intérêts égocentriques, n'ayant aucune vision pour la République, aucun programme politique clair et au leadership médiocre et accepté par ricochet de tomber avec eux aux conséquences dramatiques, où carrément abandonner le gouvernement et soutenir les révolutionnaires en progression. Cette guerre va avancer et va réussir.

L'heure vient de sonner où le peuple doit décider de retracer son histoire, de redéfinir son destin et de préparer l''avenir de sa progéniture future. Tout ce que le gouvernement fait, c'est du théâtre, une mise en scène qui met en danger des millions des congolais tout en sachant qu'ils n'aboutiront. La guerre n'est pas un fait de propagande et de populisme, c'est un fait de stratégies et de réalisme. Le gouvernement congolais est loin d'apporter des solutions nécessaires à la problématique de la sécurité, des clivages sociaux, au manque d'eau potable, de l'électricité , chaumage, l'éducation, santé et infrastructures d'intérêt collectif. 

La guerre pour le gouvernement congolais est une source intarissable d'enrichessiment illicite. Je lance un appel vibrant à tout celui qui voudrait voir le Congo en découdre avec le passer de commencer dès maintenant à refuser cette stratégie diabolique du gouvernement congolais à alimenter la guerre qu'ils ne gagneront jamais. 

Que tous nous nous préparions à une révolution pour le grand changement de paradigme, un changement radical qualitatif et quantitatif, la rupture avec le passé et bafouer les antivaleurs qui ruinent la République du Congo. 
Nous voulons une nouvelle classe politique capable de faire face aux problemes congolais tout en revalorisant notre économie qui d'emblée devrait être boustee et être distributive en faveur du contribuable. 

Je reste très convaincu que notre conscience, notre réussite, notre union notre force. Soyons unis pour une véritable révolution au Congo, le m23 n'est que un noyeau, voyons voir ce qui peut nous tirer ce bourbier auquel nous sommes affinités.

 Par 

Col Seraphin Mirindi

Friday, January 13, 2023

ALERTE : À MINEMBWE LES OFFICIERS MILITAIRES FARDC ET BURUNDAIS FNDB CONFIRMENT LEUR ALLIANCE AVEC LES GROUPES ARMÉS CONTRE LES TWIRWANEHO

Minembwe 13 Janvier 2023


Dans une réunion tenue à  Madegu entre les notables Banyamulenge et le commandant des FNDB basé à Minembwe ce mercredi 11 janvier 2023  cet officier leur a confirmé que les opérations militaires conjointes ( FARDC et FNDB )contre Twirwaneho sont bel et bien confirmées. À la question lui posée par les notables de pourquoi  s'attaquer aux seuls Twirwaneho en laissant d'autres groupes armés, il répond en ces termes : <<Nous sommes en alliance avec certains groupes armés qui ont accepté de collaborer avec nous>>, les chefs lui demandent s'il peut accepter de collaborer avec Twirwaneho également, il répond : << ce n'est pas à moi de décider, c'est les FARDC >>
Hier jeudi 12 janvier 2023 le colonel Rugabisha Alexis viendra aussi informer à ces mêmes notables que les opérations contre Twirwaneho sont au point d'être lancées  mais il ajouta que ce ne sera pas sous sa commande, c'est sa hiérarchie qui va les diriger et  d'ajouter << Tout ce que vous écrivez, ce que vous déclarés  sont vite contredits et balayés par d'autres personnes qui sont plus fortes que vous >>, une façon de les décourager et de leur montrer que c'est sans effets tout ce qu'ils font. 
Il poursuit à déclarer : << pour votre information  beaucoup de militaires FARDC vont incessamment quitter kilembwe et Lulimba pour se joindre à ceux de Minembwe dans leurs opérations contre Twirwaneho et dans leur passage, ajouta-t-il, ils ne vont pas s'attaquer aux maimai car, selon lui, les maimai ne sont pas en conflit avec les FARDC>>. Les notables sont surpris par ces déclarations  qui prouvent à suffisance que les FARDC et les FNDB sont en alliance avec les maimai surtout que les zones considérées comme bastion de maimai sont celles là que les FARDC vont traverser pour atteindre Minembwe. Ce ci s'ajoute aux messages de mobilisation lancés récemment par les chefs maimai appelant leurs troupes à saisir cette occasion pour détruire  Minembwe une fois pour toutes.
Déjà ce matin du vendredi 13 janvier, les habitants de la localité de kabingo nous informent qu'ils ont observé le mouvement des maimai qui se rassemblent en face de leurs villages à bikarakara, donc l'attaque est bien coordonnée et planifiée par les FARDC.
L'opinion nationale et internationale devrait faire attention à ces alliances contre nature qui se font solennellement entre les armés loyalistes et les milices locales qui ont déjà commis plusieurs crimes; alliances de nature non seulement  à ternir l'image de nos forces armées mais également qui prouvent que l'imminence d'un génocide n'est plus à contester . L'histoire du Rwanda en 1994 devrait nous servir de leçon. Chez nous en RDC le phénomène du nord-kivu où les milices locales sont intégrées au sein des FARDC  commence à s'installer dans les hauts plateaux de Minembwe. Toutes les fois où, durant les  6 années de conflits, nous avons donné les informations relatives au complot qui s'operait entre les maimai et certains éléments FARDC de la 12ème brigade, personne ne le croyait, aujourd'hui ça devient clair, l'alliance est officiellement conclue. 

 Fait ce vendredi 13 janvier 2023, pour la société civile noyau de Minembwe, 

Ruvuzangoma Rubibi Saint-cadet, président.
 Contact : +243815614415
rubibicadet @gmail.com

Monday, January 9, 2023

UNE NOUVELLE ALLIANCE ENTRE LES RED TABARA ET LES FARDC DESORIENTE LA MISSION DE L'ARMÉE BURUNDAISE A MINEMBWE

Minembwe le 09, Janvier 2023, 

Pour les Chroniques des Hauts Plateaux. Publié par Mwalimu Gérard.

Après avoir été délogés de leur base militaire de Masango en territoire d'Uvira (où ils cohabitaient en parfaite harmonie avec les mayimayi et les FARDC), les combattants du groupe armé burundais de RED-TABARA, ont pris la direction du secteur Itombwe. Avec la facilitation du Colonel FARDC *NJWAPA BROWN* (dispo à Kinshasa et originaire de la localité de Rugezi) qui veut renforcer le GA Bishambuke, les hommes de Gisiga (Red-Tabara) passent quelques jours à Kipupu où ils prennent le temps de se ressourcer sous la protection du *Colonel Ekembé*, commandant bataillon au sein de la 12ème brigade d'intervention rapide, basé à *Mikenke*. Le groupe pose ensuite ses valises à *Kabanju* à la mi-novembre 2022 avec la bénédiction du *Colonel Alexis Rugabisha*, le commandant de la 12ème brigade d'intervention rapide basée à Minembwe qui compte les installer à Bigaragara. A Kabanju, ils sont accueillis par les Mayimayi Bishambuke qui venaient d'essuyer deux revers de suite face à Twirwaneho dans leurs tentatives d'assaut sur Minembwe. 
Le RED-TABARA et leur allié, le mayimayi *ILUNGA RISESEMA* qui leur assurait à boire et à manger à Masango, forment une nouvelle alliance avec l'aile mayimayi *BISHAMBUKE* (Bafuliru) de Mirimba.

En effet, cette nouvelle triple alliance RED-TABARA, BISHAMBUKE et FARDC semble faire l'effet d'une douche froide sur l'armée burundaise (FDNB) et complique sa mission à Minembwe. On se souviendra que les FDNB et les FARDC opèrent en task force. Pourtant, ironie de la situation, les FARDC à Minembwe protègent et parrainent les RED-TABARA (qui n'ont jamais été, ni attaqué ni inquiété par les FARDC). En revanche, les FDNB sont appelées à prêter main forte aux FARDC pour traquer Twirwaneho à Minembwe. Ce dernier étant une autodéfense civile Banyamulenge qui a signé l'accord de Nairobi III que le Burundi (qui préside l'East African Community) est censé superviser l'exécution.

Le Burundi acceptera-t-il de violer l'accord qu'il est censé protéger, ou les forces burundaises en mission à Minembwe accepteront-elles de changer leur uniforme à celle des FARDC tel que proposé par ces dernières pour s'en prendre aux *ennemis de ses ennemis* ?

Quoiqu'il en soit, la mission de la force burundaise censée pourchasser les RED-TABARA devenu automatiquement, et par la magie des FARDC leur allié, a déjà provoqué une crise de confiance vis-à-vis des Banyamulenge. Ces derniers redoutent que les FARDC utilisent les burundais pour briser leur ligne de résistance et donner ainsi libre passage aux mayimayi et aux RED-TABARA qui viendront parachever leur funeste mission d'épurer Minembwe de tutsi Banyamulenge. 

A l'heure qu'il est, les FDNB ne parle plus de la traque de RED TABARA mais d'une nouvelle guerre contre les Banyamulenge. 

Entre temps, les mouvements des hommes du Colonel Ildefonse (commandant du contingent Burundais) fait l'objet d'une surveillance étroite de la part des Twirwaneho et du reste de la population Banyamulenge de Minembwe, notamment en raison de la présence parmi ses éclaireurs, des membres des groupes armés Mayimayi, dont le commandant *RUSHEBE*, l'une de ses figures de proue.

 
Fait à Minembwe ce 08 janvier 2023
Pour les Chroniques des Hauts Plateaux 
Mwalimu Gérard.