Saturday, January 18, 2020

BARAKA-FIZI,(RDC) BERCEAU ET CERVEAU DES GÉNOCIDAIRES ANTI-BANYAMULENGE



Depuis le mois d' *Août 1963* jusqu'à ce vendredi *17 janvier 2020*, certains compatriotes rdcongolais et/ ou les (étrangers hutu rwando-burundais) de comfins sud de la province du Sud-Kivu (RDC), déguisés en *Babembe)*  demeurent le cerveau des génocides ininterrompus  contre la tribu innocente ( *BANYAMULENGE*).

Alors que dans tout le pays nous célébrons le *60ème  anniversaire* de la disparition injuste du premier, premier Ministre de notre pays,  et héros national, l'inoubliable 
Patrice, E. Lumumba,ce matin,du 17/ 01/ 2020,  nous venons de suivre avec la plus sérieuse  sidération,une campagne anti-Banyamulenge tenue à Baraka centre-ville, où 
de centaines des nos compatriotes Babembe de Baraka y ont tenu un meeting génocidaire à commettre contre une tribu innocente *BANYAMULENGE*

Les vidéos de cet infâme meeting déchirent les oreilles,ces manifestants 
Bembe somment par des remontrances leurs consanguins de se débarrasser dans Baraka-Fizi de tout Munyamulenge comme on se débarrasse des moustiques 

Dites moi, un autre élément constituf d'actes de crime de GÉNOCIDE qui dépasse cet appel criminel tenu diurne dans la ville de Baraka ?

Bien plus, dites moi, comment dans une ville administrée par un (une)  Bourgoumestre son vice,  ayant des FARDC, PNC,et le témoin pertinent MONUSCO, et que ces malfaiteurs de l'humanité ne soint pas arrêter et déférés devant la justice?

*Et pourquoi accorder cette impunité aux criminels achevés?*

C'est à deux mois passés  qu'aux mêmes étendards de Baraka, le hutu rwando-burundais déguisé en MUSHI,l'Hon. Bulakari Homer, a tenu des propos de la même ampleur, contre la même tribu innocente *BANYAMULENGE*, et pour tous ces génocidaires, l'impunité demeure maximale.

Concomitamment,  d'autres appels  génocidaires s'entendent qu'il faut prendre machette, lances,flèches,  massues ,armes à feu et nettoyer tous les  BANYAMULENGE, à Uvira-Fizi et effacer les traces.

Pire de tout, toutes les autorités se taisent devant ces comportements, les uns n'hésitent pas à les ovationner. 

Certes, ces incitations génocidaires sont faites essentiellement par les hutu rwando-burundais déguisés en Babembe depuis la nuit des temps, car les véritables Babembe ne peuvent pas se mettre à cette ignoble tâche indéfiniment.

*Certains hutu rwando-burundais camouflés en Babembe qui se sont illustrés à des anti Banyamulenge* 

Les hutu rwando- burundais suivants se sont faits des Babembe, dit-on. 

1. *Anzuluni Bembe*, de père hutu burundais,  mère tanzanienne.
 
2. *Ramazani Mwene Malungu* de père hutu burundais, mère Bembe
 
3. *Kaliba Mulanga*, de  mère et père hutus burundais. 
 
4. Hon. *Bulakari Homer* de père hutu burundais, mère hutu rwandaise 

5. *Hon. Musambya Fredy* de père hutu burundais, mère Bembe.
 
6. *M'longetcha Jackson* père tanzanien, mère hutu burundaise.

7. *Shabani* , de mère hutu rwandaise, père hutu burundais.

8. *Yoramu Eciba*, de père hutu burundais, mère Bembe.

Voilà alors les hutu rwando-burundais qui ne cessent de taxer des Banyamulenge des non nationaux.
Voilà l'échec piteux,la plus moins value des Babembe véritables rdcongolais qui mettent en avant des étrangers pour les gérer dans le lac de haine.

Depuis 60 ans alors, les grands massacreurs des Banyamulenge se trouvent dans (Baraka-Fizi).

Sans ignorer les Banyamulenge massacrés dans d'autres coins du pays et dans la région, mais Fizi regorge lui seul, un pourcentage assez  élevé  dans les drames délibérés contre les Banyamulenge, car: 
- C'est à Ngandja, Bibogobogo où 
les deux premiers Banyamulenge furent atrocement exécutés.
- C'est à Fizi que les deux derniers Banyamulenge sont massacrés en ce janvier 2020
- C'est à dans le territoire de Fizi où l'alliance du mal, et génocidaire des Mai-mai, Red-Tabara, Fnl palipehutu,et Forebu, a trouvé les bonnes terres (fief), pour déraciner une tribu innocente BANYAMULENGE, depuis Avril 2017, et pour eux ce génocide continue  avec succès et soutients. 

*Fizi, pourquoi es-tu le berceau et le cerveau des génocidaires anti- Banyamulenge?*

Si nous dénonçons, condamnons les Babembe génocidaires contre les Banyamulenge, nous ne disons pas tout MUBEMBE, loin delà, il y'a des innombrables  Babembe qui ont refusé *le sang,et les vaches des Banyamulenge depuis 1964*

Les massacres, propos génocidaires contre une tribu innocente (BANYAMULENGE), tribu délaissée du monde entier, sont d'une exagération inouïe.

Bukavu, 17.01.2020

*Me Bukuru Ntwari wa N*
Chercheur, Analyste et Humanitaire.

*NB*: Cette note n'est pas pdfée.

Thursday, January 9, 2020

Kubeshuza ibyanditswe n’ikinyamakuru igihe.com kuri Col. Michel ( Makanika).


Kwitariki 9, zuku kwezi kwa mbere, uyu mwaka wa 2020, umunyamakuru w'igihe.com, kimwe mubi nyamakuru byo mu Rwanda, abantu benshi batekerezaga kwari ikinyamakuru cyabigize umwuga ndetse cyiyubashe, cyatangaje abantu benshi aho cyihandagaje, kikandika inkuru mpimbano ( fake news), yababaje ubwoko bwose bwabanyamulenge n'abandi bantu bose bababajwe namarorerwa, gusenyerwa, kunyagwa inka, ubwicanyi ndenga kamere bwa Genocide irimo gukorerwa abanyamulenge mugihe ibihugu byibituranyi byahisemo kurebera. Uwo ngirwa munyamakuru yavuze inkuru nshinyaguzi kandi zikinyoma zemeza ko umusilikare wumunyamulenge ufite ipeti rya colonel witwa « Makanika » wavuye mugisirikale cya Leta ya Congo kubera kuja gutabara ubwoko bugize iminsi bwichwa ninyashamba za Mai Mai hamwe na Red Tabara, leta ya Congo nababafasha barebera. Mugihe ubwoko bwabanyamulenge bukomeje gukorerwa genocide Leta nibindi bihugu bibanye birebera, ntabwo uyumunyamakuru w'igihe yigeze yandika abaza impamvu igihugu cye ndetse nibindi bidatabara ngo bihagarike genocide iri gukorerwa abanyamulenge nkuko byiyemeje kutazongera kurebera genocide, ahubwo ahitamo kwamagana no kubeshera ndetse no guharabika umutabazi w'ubwoko, wahisemo kuja kuburengera, ati colonel Makanika yazanwe nokuja gufasha umutwe wa P5 wa Kayumba Nyamwasa. Bigaragara kwababajwe nogutabarwa kwabanyamulenge. 

Ikindi gitangaje, usibye ibinyoma, nukuntu uyu munyakinyoma yibwira ko Umusirikare w'umunyamulenge yoreka kujya gutabara ababyeyi be barikwichwa rubozo nabanzi babo, ahubwo agahitamo kujya gufasha Kayumba Nyamwasa. Kuko se Kayumba amurutira ababyeyi? kukose haricyiza abagiye gukora? Erega abanyamulenge bo bafite inyungu kumutekano namahoro y uRwanda nubwo rwo rwabatereranye. Uretse kururwanira no kurumenera amaraso, kuruturamo nokurutungiramo nizindi mpamvu zituma abanyamulenge batokwifuza kubona abavandimwe babo basubira muntambara. 

Ikindi gitangaje nuko yumva ko umusirikare wumunyamulenge yogira inyungu mukuja gufasha abashaka guhungabanya umutekano w'uRwanda. Kuyihe mpamvu? Ngo yunguke iki? Ko bizwi neza kwabanyamulenge bari mubarwaniye kubohozwa kuRwanda, bakaba bafiteyo imiryango myinshi, niyihe mpamvu yotuma bafatanya nabashaka guhungabanya umutekano w'uRwanda? Ibyo rwose usibye kuba ibinyoma ni noguteranya nagasuzuguro kenshi. Col. Makanika yaje gutabara ababyeyi biwe. Ibyo kumva ko bidahagije nubuswa nubugome. Ntabwo arajwe ishinga nibibazo byiyo P5; siyi mulenge ntanicyo ibamariye cyane ko nabo ntacyo bamariye ababyeyi mugihe cya ngirente. Rero Birababaje kubona igihe.com nayo yagiye muri Fake news. Abanyamulenge kw'isi hose nabakunzi bukuri baramwamaganye. Kandi dusabye igihe.com gusaba abanyamulenge imbabazi.  


Ak 

Monday, December 30, 2019

SAVE MULENGE



As everyone probably know now, the government of the Democratic Republic of Congo with numerous local and foreign armed groups have been executing the genocide against Banyamulenge in the high hills of Itombwe, Minembwe. 
Over 200 villages have been burned and completed destroyed; around 100,000 cows have been taken away by force by all those armed groups including government forces known as FARDC; a national army that was supposed to protect civilians but turned against them. 




These young girls have vowed to save Mulenge by peaceful but powerful means possible. Their Save Mulenge campaign has caught a global attention worldwide. It's unthinkable that in 2019 we still have governments killing and looting it's own citizens. Yet, the DRCongo is such a shameful government.  
Sadly, even the UN forces that have been deployed in the DRC since 2012 known as MONUSCO have been watching as thousands of Banyamulenge were being killed, their villages destroyed and livestock's stolen and looting of their goods done on regular basis. 
One cannot help to wonder why this evil conspiracy against the Banyamulenge. 

In any case, Mulenge will be Save by the Almighty God through the sons and daughters of Mulenge. 

Live Mulenge

A M. 
Journal Minembwe 

Save Mulenge Campaign

As everyone probably know now, the government of the Democratic Republic of Congo with numerous local and foreign armed groups have been executing the genocide against Banyamulenge in the high hills of Itombwe, Minembwe. 
Over 200 villages have been burned and completed destroyed; around 100,000 cows have been taken away by force by all those armed groups including government forces known as FARDC; a national army that was supposed to protect civilians but turned against them. 



Les violences cycliques contre la Communauté Banyamulenge, Une responsabilité de L’État Congolais


Que de l'hypocrisie et du cynisme des régimes successifs !
Les gouvernements congolais qui se sont succédé depuis l'indépendance du Pays acquise en juin 1960 n'ont pu jeter les bases d'un système de gouvernance à même de consolider la paix et la cohabitation pacifique entre les différentes communautés du Sud- Kivu, socle d'un développement durable.
Les massacres à caractère ethnique qui ont endeuillés la communauté Banyamulenge au cours de cinquante dernières années à intervalle quasi régulier, sont l'œuvre des milices Mai Mai et des forces armées gouvernementales agissant ensemble ou séparément selon les contextes. La campagne de massacres contre la communauté Banyamulenge à travers le temps porte les signes d'un nettoyage ethnique. L'Etat congolais en porte la responsabilité en tant qu'acteur ou complice.
Pour les instigateurs des massacres, les banyamulenge est une communauté à chasser du Congo au motif qu'elle serait d'origine étrangère en l'occurrence du Rwanda et qu'à ce titre, elle ne devrait pas faire partie des tribus qui peuplent le Congo, faisant fi de leur passé et de la loi sur la citoyenneté congolaise. Plus étonnant encore, parmi les instigateurs l'on dénombre des hommes politiques et cadres de la société civile savent comment la tracée des frontières consécutives aux résolutions de la conférence de Berlin de 1885 s'est opérée. A longueur de journée, dans l'ombre et parfois au grand jour, ils incitent les populations locales du Sud – Kivu à tuer les Banyamulenge.
L'objectif de notre réflexion n'étant pas de traiter de la nationalité congolaise du Peuple Banyamulenge, nous indiquons au passage deux ouvrages riches en informations pouvant éclairer ceux du moins disposés à connaitre l'histoire de ce peuple dont la présence au Congo remonte au XVIIIe siècle, bien avant l'arrivée des européens. Ne perdons pas de vue cependant que pour une partie de nos compatriotes, les Banyamulenges auront du mal à faire légitimer leur appartenance à la nation congolaise du fait d'avoir un faciès et des traits caractéristiques physiques Tutsi. Ci- dessous, les deux livres évoqués plus haut : G. Weis, Le Payas D'Uvira et celui de J. Hiernaux, Note sur les Tutsis de l Itombwe.

Un épisode des massacres
Les tueries contre la population civile Banyamulenge ces derniers temps ont atteint leur paroxysme. Sous la machine de guerre Mai-mai et groupes armés coalisés, chaque jour qui passe apporte son lot de victimes, de destruction et de pillages des biens, sous l'œil complice ou avec la participation des forces armées gouvernementales dans l'indifférence de la communauté internationale. Les médias traditionnels aussi bien nationaux qu'internationaux, semblent à leur tour avoir tourné le dos, laissant le champ libre aux médias de la haine dont se servent les instigateurs des massacres pour non seulement désinformer le public mais aussi grossir leurs rangs dans le but de pérenniser leur idéologie qui vise à exterminer les Banyamulenge du Congo.
Dans ce contexte, pourtant inquiétant, très peu d'informations sont diffusées sur la crise humanitaire qui secoue les plateaux de Fizi, Uvira et Mwenga, suite aux attaques récurrentes que mènent cette coalition des forces négatives sur la population civile Banyamulenge. Il est à craindre que, dans les prochains jours, l'augmentation des violences et les déplacements des populations mènent à une catastrophe humanitaire de grande ampleur.
Les conséquences de ces tueries et razzia dont les Banyamulenge sont victimes depuis près de trois ans ont des impacts néfastes aussi bien au plan sécuritaire, économique que social. Rien que pour l'année 2019 qui s'achève d'ici peu, des sources concordantes font état de 300 personnes tuées, de 200 villages incendiés et quelques 45000 vaches emportées dans la localité de Minembwe et ses environs.
L'année 2019 a été particulièrement meurtrière pour la communauté Banyamulenge. Elle rappelle la situation sécuritaire qui a prévalu dans les années 1960 et 1990. A ses débuts, en ces temps-là comme de nos jours, la situation d'instabilité politique et d'insécurité frappe l'ensemble du Pays. Mais, par la suite, elle finit par se localiser dans les plateaux en infligeant aux Banyamulenge des traitements différents par rapport au reste de la population.
Cette façon de gérer la crise politique par nos voisins apparait déjà dans les années 1960. Dans un contexte de rébellion dite Muleliste, en 64 les milices Mai-mai sont formées au sein de la jeunesse (Bembe, Fuliru et Vira) avec pour objectif de combattre le pouvoir central accusé d'avoir assassiné le premier ministre de l'époque, Patrice Lumumba. Quelques temps après, leur lutte change de cibles. Les milices Mulelistes Mai Mai vont transformer celle-ci en une guerre d'épuration ethnique, qui se donne pour mission de tuer les Banyamulenge et piller leurs biens. Le bilan de cette guerre ignoble fut lourd en termes de pertes en vies humaines et dégâts matériels.
L'issue de la guerre s'est toutefois soldée par une victoire de la force d'autodéfense composée des jeunes Banyamulenge dénommée '' Les guerriers'', lisez, Abagiriye en Kinyamulenge.
Du moment que l'armée gouvernementale n'arrivait pas à vaincre les rebelles Mulelistes qui avaient conquis toute la zone des plateaux après y avoir chassé les Banyamulenge, elle s'est vue contrainte de coopérer avec ces derniers pour mater cette insurrection qui constituait une menace pour le gouvernement central. Dans tous les cas, cette stratégie de la part de l'autorité centrale n'était pas un fait du hasard ou un acte d'empathie pour les Banyamulenge. L'armée gouvernementale voulait se servir des Banyamulenge, eux qui avaient deux atouts majeurs, à savoir, une bonne connaissance du terrain et surtout la volonté de reconquérir les plateaux, la terre des ancêtres. Cette alliance de circonstance a vite produit des résultats. Placés sous la conduite de leurs chefs, dont Muhindanyi et Gakingiye, pour ne citer que ceux-là ; les « Abagiriye (guerriers) » ont réussi à neutraliser les Mai-mai et à permettre la réinstallation de la population sur ses terres quelques mois plus tard.
Beaucoup de similitudes, cependant apparaissent sur les deux dernières périodes de crise, c'est à dire celle des années 1990 et l'actuelle quant à l'implication de l Etat congolais.
En effet, pour donner suite au processus de démocratisation des Pays africains, le régime de Mobutu décide d'instaurer le multipartisme en Mai 1990. Les années qui ont suivi sont marquées par une crise politique majeure. Le peuple congolais, aspirant à plus de libertés, pousse le régime à des concessions majeures en matière des libertés publiques. Dans la foulée, des manifestations de rue, des mutineries d'une partie de l'armée et des pillages des biens de la population par des militaires impayés depuis plusieurs mois, jettent le pays dans un chaos. A cela s'ajoute une marée humaine des réfugiés rwandais qui se déverse sur la partie Est du pays dont des militaires et miliciens Interahamwe qui venaient de commettre un génocide dans leur pays, le Rwanda.
Dans ce contexte de crise politique que traverse le Pays, une fois de plus, les Banyamulenge payent les pots cassés. Cette fois-là, c'est le gouvernement lui-même qui passe à l'action. Sous l'impulsion de certains hommes politiques animés de haine contre les populations congolaises d'expression Kinyarwanda et les Banyamulenge en particulier, le parlement de transition HCR/PT met en place la triste commission dénommée Vangu chargée de faire la lumière sur la situation sécuritaire à l'Est du pays suite à cette présence massive des réfugiés rwandais. Parmi les résolutions adoptées par cet organe législatif, il convient de rappeler une mesure sans précèdent qui consiste à chasser du pays toutes les personnes d'expression kinyarwanda, y compris les Banyamulenge. L'histoire retiendra qu'au terme de cette résolution, n'eut été l'arrivée salutaire des forces des AFDL, la population Banyamulenge aurait été chassée du Congo au plus tard au31 décembre 1995. Dieu aidant, l'ironie du sort a fait que le contraire de ce qui était attendu arrive. Quelques mois plus tard, à l'image de l'histoire de Mardochée dans le livre d'Esther au chapitre 7, 10 : « Et l'on pendit Haman au bois qu' il avait préparé pour Mardochée »; c'est plutôt le régime de Mobutu qui subit le sort qu' il avait réservé aux Banyamulenge.
Vous comprendrez donc le pourquoi de l'acharnement des anciens dignitaires contre les Banyamulenge au rang desquels Honoré Ngbanda et Kwebe Kimpele. Le premier, en l'occurrence Honoré Ngbanda a pourtant servi le régime de Mobutu en tant que membre des services de renseignements, puis conseiller du président en matière de sécurité, poste qu'il a occupé jusque à la chute de son régime. A ce titre, il faisait partie d'hommes influents et suffisamment renseignés sur des questions d'intérêt national. Force est de constater que dans l'exercice de ses fonctions pendant cette époque, il n'a jamais mis en cause la nationalité congolaise de Banyamulenge comme il le fait
 à travers les médias sociaux. De ce fait, quel enseignement peut-on tirer de cette volteface pour un homme politique ? Il y a lieu de déduire simplement que le Munyamulenge devient étranger pour le fait d'avoir participé à la guerre qui a chassé le régime de Mobutu.
Face à cette injustice, quelle communauté aurait agi autrement ? Voir sa propre communauté pousser à l'apatridie dépasse l'imagination et dicte des mécanismes de légitime défense de quelque nature que ce soit par ce qu'il est question de survie.
La situation sécuritaire actuelle, comparée aux deux autres qui ont prévalues dans le passé semble plus complexe au regard du nombre d'acteurs impliqués dans le conflit. L'on signale sur le terrain des combats, la présence de plusieurs groupes armés étrangers aux côtés des Mai-mai avec la bénédiction des éléments des forces armées gouvernementales. Contre toute attente, les troupes gouvernementales ont pris fait et cause pour les Mai-mai et alliés. Dans certaines localités, elles sont régulièrement identifiées entrain d'opérer ensemble ; dans d'autres, elles leur fournissent des armes et minutions ou prennent part au trafic des vaches pillées auprès de la population civile.
Quelles leçons à tirer.
Il importe donc de s'interroger sur le sens ou la portée de l'implication des forces gouvernementales dans les massacres d'une partie de sa population en collaboration avec les forces négatives. Le fait que des éléments de forces de l'ordre se détournent de leur mission régalienne de protéger les citoyens et leurs biens et se résolvent de collaborer à l'extermination de Banyamulenge donne matière à réflexion et devrait interpeller les instances dirigeantes du monde politique à l'échelle planétaire. Des tels agissements de la part des forces armées d'un État à l'égard de ses citoyens sont des signes avant-coureurs d'un génocide qui pèse sur la Communauté Banyamulenge comme c'est le cas pour les Rohingays du Myanmar (ex- Birmanie)
Au gouvernement congolais, il est temps de se ressaisir pour sauver ce qui peut encore l' être. Qu'il change de politiques et la façon d'agir sur les terrains d'opération et qu'il puisse adopter des nouvelles méthodes de gestion de crise qui cadrent avec ses devoirs républicains notamment : Assurer la sécurité des citoyens et leurs biens
indistinctement et le cas échéant , punir de manière exemplaire les éléments qui faillissent à leur mission. Il va de l'honneur des hommes politiques au pouvoir et du Pays tout entier.
Aux victimes de cette tragédie, développez davantage votre capacité de résilience. Cette force psychologique qui vous a toujours caractérisée, soutenue par la cause juste pour laquelle vous combattez, elle vous aidera à venir au bout de cette rude épreuve. Travaillez à l'unisson, Dieu est à vos côtés, vous serez rétablis dans vos droits et pourrez vivre à nouveau en paix avec nos compatriotes.

Le 30 décembre 2019
Ruhara Mibari Boniface
Sociologue/ Diplômé de l'université de Kisangani.


Thursday, December 26, 2019

Les propos d'Adolphe Muzito sont totalement stupides et irréfléchis.

Les recents propos d'Adolphe Muzito sont totalement stupides et irréfléchis. J'aimerais vous faire ici une réflexion personnelle et j'espère qu'elle va édifier beaucoup des gens ( des compatriotes congolais) et surtout ceux qui sont dans la politique active et qui ont des suiveurs ( militants ou sympathisants)... du danger qui guette notre pays, la République Démocratique du Congo si certaines réalités ne sont pas prises en compte. 
Mon propos se situe sur 4 points : 

1. J'estime que l'ex premier ministre Adolphe Muzito,  coordinateur de la coalition Lamuka ( principale opposition à la coalition FCC-CACH au pouvoir aujourd'hui) a voulu plaire à la majorité de la diaspora congolaise en Europe qui à mon avis a eu pendant un long moment le cerveau lavé par une idéologie ethniste anti tutsi, anti Rwanda, anti le président rwandais Paul Kagame. C'est en fait un travail de longue haleine qui a été fait par l'Apareco d'Honoré Ngbanda ( ex conseiller spécial chargé de la sécurité sous Mobutu) , Honoré Ngbanda a vécu et vit avec les frustrations permanentes du fait que le Rwanda ait été le pays qui a été le moteur principal au coup de grâce à leur régime, donc il a sillonné le monde pour donner sa version des faits et propager sa haine contre le Rwanda et les tutsis ( congolais et rwandais) et aussi tous les politiciens congolais originaires du Kivu et de  l'Est auxquels il ne s'identifiait pas ou qui ne corroboraient pas ses théories stupides étaient rapidement étiquetés de " rwandais " , " collabo " , ou encore étranger,  à croire qu'il avait le monopole de juger de la citoyenneté congolaise des gens qui géographiquement parlant n'ont même pas de frontière avec son village d'Abuzi à la frontière avec la Centrafrique. 
Ce que tous ignorent et qui est important, ce que le nerf de la guerre c'est l'argent. Allez lire dans les indicateurs économiques du Rwanda et de l'Ouganda de 1996- 2002, vous ne trouverez même pas une seule rubrique réservée aux guerres de la RDC. Ce sont les maîtres du monde et les multinationales qui ont permi cela et financé. Nos voisins seuls n'avaient pas cette force militaire, sécuritaire, diplomatique et financière. 

2. J'aimerais deuxièmement parler d'un sujet très sensible qui divise beaucoup des congolais et même au sein de ma tribue( les bashis) dont je suis un des chefs coutumiers,  c'est la citoyenneté congolaise de certains Tutsis et Hutus. Ceci est très important d'autant plus que certains de nos compatriotes jouent quotidiennement avec le feu en traitant certains de nos vaillants généraux, colonels et officiers supérieurs dans notre armée les FARDC et notre police nationale PNC d'infiltrés, des rwandais qu'il faut extirper. C'est totalement faux. C'est un faux débat et c'est stupide et dangereux de tenir des propos pareils qui risquent à la longue d'embraser notre pays inutilement. Je vais ici parler des faits historiques réels pour bien expliquer la situation. Notre pays la République démocratique du Congo a 2.345.409 km2 avec neuf voisins et des tribues transfrontalières des parts et d'autres. On trouve au nord Est,  des Lugbaras Ugandais et des Lugbaras congolais et qui sont d'ailleurs des cousins et ils sont séparés par une frontière non naturelle Arua en Ouganda et Ariwara en RDC,  on trouve des Kakwas congolais et des Kakwas ougandais,  des Hemas congolais et leurs cousins Himas et Tooros Ougandais. Des Nandes - Yiras congolais et des Yiras konjos Ougandais, même peuple, même langue, séparés par des frontières créées par les blancs en 1885. On trouve des Tutsis et Hutus congolais ( originaires du territoire de Rutshuru, collectivité chefferie de Bwisha) et ils sont appelés Bafumbiras en Ouganda et Tutsis et Hutus au Rwanda. On trouve des Azande congolais et des azande Sud soudanais,  on trouve des Ngbandis congolais et des ngbandis centrafricains, on trouve des ngwakas congolais et des ngwakas centrafricains, on trouve des balubas du Kasai congolais et on trouve des balubas angolais (  Wij et Zairens), on trouve des bakongos( ba woyos,  besingombe, Salvador, bandibus,  etc congolais et des bakongos angolais , et Brazzavillois ( manianga), on trouve des babemba au Katanga  congolais et des babemba zambiens, des karundas congolais et des karundas angolais et Zambiens, .... etc 
Bref,  nous avons des tribues transfrontalières car l'Afrique a été partagé comme un gâteau en Républiques sans tenir compte des communautés locales vivant en Afrique. Nos compatriotes congolais qui aiment jouer sur la corde de la congolité doivent cesser avec ça. Pour ce qui est du cas particulier des tutsis du Sud Kivu, ceux qu'on appelle les banyamulenges, je vais vous donner un fait historique qui explique leur présence à cet endroit: Vers le 17 ème siècle avant l'arrivée des colonisateurs, un des princes du royaume du Rwanda avait fait alliance avec le Roi des Bashis, le Nabushi pour faire la guerre avec son frère le roi du Rwanda qui s'appelait Ndahiro Cyamatare. Les bashis remporteront cette guerre et coloniseront le royaume du Rwanda pendant 15 ans et détruiront le tambour emblème du Rwanda,  le " Rwoga " et le Roi Ndahiro Cyamatare sera tué. Son fils Ruganzu Ndoli, réfugié au royaume de Karagwe en Tanzanie où sa tante était la reine mère reviendra pour reconquérir le royaume du Rwanda et chassera le prince Byinshi ( ancêtre des banyamulenges)  et sa cour qui iront se réfugier dans les hauts plateaux d'Itombwe à Mulenge. 
Voilà un fait historique connu. Donc ces banyamulenges sont aussi des congolais. Ils sont là depuis le 17 ème siècle! Ils ne connaissent pas le Rwanda et n'y ont aucun repère à part la similitude culturelle et linguistique. 

3. Troisièmement,  j'aimerais dire à Adolphe Muzito et tous les autres politiciens aspirants à nous diriger à utiliser un langage de cohésion, un langage unificateur, le Congo est fort dans sa diversité et si nous voulons prouver à nos voisins que nous sommes devenus une seule et grande nation, la nation congolaise,  privilégions la culture de l'excellence, évitons la promotion des idiots,  des gens qui arrivent à des postes de responsabilité grâce à des émotions tribales, à leurs liens familiaux, à leur militantisme au sein d'un parti politique alors qu'ils n'ont pas les qualifications et l'expérience professionnelle nécessaire pour gérer... voilà ce qui tue notre pays...

4. Les problèmes sécuritaires que nous avons à Beni et principalement dans le grand Nord du Nord Kivu sont de deux ordres : - La Monusco ( Il n'existe aucun pays sur cette planète terre où les forces onusiennes ont déjà ramené la paix. Ils ont souvent des budgets faramineux et pour pérenniser leur jouissance du magot, ils feront tout pour multiplier l'insécurité, source principale de leur existence), - L'identification réelle des congolais en général,  des maisons, du bétail, une bonne cartographie de la République et une coordination de nos services de renseignement pour que les nyumba kumi ( responsables des 10 maisons) fassent régulièrement rapport aux chefs d'avenues et aux chefs des quartiers, aux bourgmestres des communes, aux maires des villes, au gouverneurs des provinces, au ministre de l'intérieur et enfin au président de la république. Ces tueries sont là parce nous sommes en manque de gestion correcte sinon les égorgeurs de Beni et leurs complices seraient très bien identifiés et bien punis. Et en passant, je salue l'initiative louable du président Félix Tshisekedi qui a vraiment tendu la main à nos voisins de l'Est pour travailler ensemble dans la sécurisation de l'Est, certains diront qu'ils font partie du problème, moi j'estime qu'ils font partie de la solution. 

Sé/ Maître Lwarhiba

Friday, December 20, 2019

La Xénophobie du gouvernement Congolais contre les Banyamulenge



RDC: Xénophobie contre les Banyamulenge ?
La congolité des Banyamulenge est une rationalité incotestable pour la paix et le développement de la RDC. (Chronique)

Mais pourquoi seulement les Banyamulenge et les Tutsi du Congo? Qui ne sait pas que les Nande viennent aussi de l'Ouganda voisin ?

D'aucun n'ignore que le découpage de l'Afrique n'avaient pas tenu compte de l'intégrité ethnique aux niveaux des frontières. Certaines ethnies, clans, voir même, familles,  ce sont retrouvés séparés et projetés de part et d'autre de frontières respectives.   C'est ainsi qu'il existe des ethnies à cheval sur plusieurs pays limitrophes. La RDC,  avec ses 9 pays limitrophes,  n'a pas fait une exception.

C'est la faute aux Africains ? Non!
Tout a commencé à la conférence de Berlin, le jour où l'Afrique a été saucissonée par les européens sans les africains : l'Allemagne contrôlait tout l'Est de l'Afrique, la Belgique via son roi tout puissant Léopold II gagna le Congo pour en faire sa parcelle privée, les portugais, les anglais et néerlandais avaient aussi leur part du gâteau, c'est la France qui a avait eu le plus gros morceau !

Je vais essayer de citer quelques tribus ou ethnies qui se trouvent de part et d'autre des frontières de la RDC avec ses pays voisins, sans pour autant prétendre effectuer une étude exhaustive:

1) Les #TSHOKWE: Ethnie établie au Katanga, au Kasaï-Occidental, au Bandundu, en Angola et en Zambie mais jamais discriminée.

2) Les #LUNDA: Etablie au Katanga et en Angola mais se reconnaissent toujours entre eux.

3) Les #YAKA: On les retrouve au Bandundu et en Angola, si je me trompe, André Kimbuta peut témoigner.

3) Les #TUTSI: On les retrouve au Nord Kivu, Sud Kivu et au Rwanda et au Burundi, Tanzanie, Uganda, Kenya…. Mais au Congo ils ne sont pas reconnus congolais (nous y reviendrons).

4) Les #YOMBE: Etablie à la fois dans la Province du Kongo-central en RDC, au Gabon, au Congo Brazza et au Cabinda en Angola.

5) Les #NANDE: On les retrouve au Nord Kivu et en Uganda leur terre d'origine.

6) Les #MANIANGA: Etablies en RDC et au Congo Brazza.

7) Les #BEMBA: Au Katanga et en Zambie.

8) Les #YAKOMA: Vivant en RDC et en Centrafrique.

9) Les #SALAMPASU: Originaires de Luiza en RDC et d'Angola.

10) Les #BASHI : Se retrouvent au Sud Kivu (tribu de l'actuelle première dame) et au Rwanda voisin, sur les îles de Nkombo, dans le lac Kivu.

11) Les #TEKE-HUMBU: l'histoire nous dit que l'empire Teke s'étendait de la RDC au Gabon, en passant par le Congo Brazza

12) Les #BAHUTU : ethnie qu'on trouve au Nord Kivu, au Rwanda et au Burundi.

Toutes les tribus le long du fleuve Congo, de Bolobo, Lukolela jusqu'à Bomongo ont des affinités avec certaines ethnies du Congo Brazzaville.

Dans les pays voisins, la situation est la même. Nous pouvons citer, à titre d'exemple :

– Les Luo (Wajaluo)  se trouvent au Kenya et au Soudan du Sud.

– Les Massaï  se retrouvent au Kenya et en Tanzanie.

– Les Teso se trouvent au Kenya et en Uganda

– Les Meru se trouvent au Kenya et en Tanzanie.

– Les Oriya  se trouvent au Kenya et en Somalie.

#Analyse:
Ce qu'il faut retenir de cette énumération qui n'est pas exhaustive est que, malgré les découpages artificiels, les liens culturels entre certaines ethnies à cheval restent encore solides. Par exemple, parmi les 44 partis politiques que comptait le Congo à l'indépendance, il y en avait un qui s'appelait A.T.C.A.R : Association des Tchokwe du Congo de l'Angola et de Rhodésie (actuelle Zambie). Le grand chef des tous les Tshokwe de tous les trois pays a son siège à SAMUTOMA à 12 km au Sud de Sandoa, vers l'Angola, dans le Lualaba. Il s'appelle MWATSHISENGE. Cette communauté est restée soudée malgré que l'Angola et la Zambie fussent dans le giron soviétique.

Un autre exemple est celui des Teso du Kenya-Uganda. Ils ont un chef coutumier commun, qui se trouve du côté Ugandais. Et tous les Teso (Ugandais et kenyans) vont annuellement en Uganda pour les rites traditionnels autour de leur chef.

Dans tous ces exemples ci-haut cités, aucun tribu ou ethnie n'est taxé d'être  étranger en RDC ou dans l'autre côté de la frontière,  excepté les Tutsi du Congo qui n'ont jamais été socialement accepté comme congolais par les tribus voisines.

Les Kalunda du Congo ne sont jamais appelés angolais bien qu'ils aient leurs frères de sang en Angola. Les Bemba du Congo ne sont jamais appelés zambiens, bien qu'ils aient leurs frères de sang de l'autre côté de la frontière, en Zambie, etc.

La question que l'on doit se poser est de savoir, pourquoi, alors pourquoi seulement les Tutsi ?

Pourquoi la "Congolité" des Banyamulenge est devenus une épine dans la peau des autres tribus congolaises ?

La fois dernière, un pseudo nommé Kakulé,  Nande, a voulu épater les réseaux sociaux avec un texte mal informé,  relatant l'histoire des Tutsi congolais avec comme conclusion : les Banyamulenge qui sont des tutsi ne doivent pas prétendre être congolais car venus du Rwanda. Son exposé serait plus intéressant s'il avait introduit un paragraphe qui nous raconte comment les Nande sont aussi entrés au Congo en provenance de l'Uganda, où ils ont laissé leurs frères de sang,  Nande Ugandais (Bakonzo), qui parlent la même langue que Kakule. Une analyse étalée sur plusieurs cas pourrait lui aider à tirer une conclusion un peu plus objective. Ce qui est sûr est que Kakule connais la vérité, mais il est aveuglé par la haine et la xénophobie.

Pourquoi cette haine chronique et quasi incurable contre la minorité Banyamulenge ?

Pourquoi cette haine morbide qui aveugle jusqu'à l'intelligence de certains grands politiciens intellectuels, sensés détenir la vérité sur l'anthropologie du pays et de la région ?

Pourquoi cette haine diabolique qui rend aveugle la foi des grands hommes de Dieu, sensés détenir tous les principes en rapport avec l'amour du prochain ?

Comment une petite minorité de Banyamulenge, qui ne représente rien en effectif, peut encombrer les esprits des toutes les autres tribus ?

Le Congo est un pays grand et riche en ressources naturelles mais aussi économiquement pauvre. Est-ce sont les Banyamulenge qui sont responsables de la misère des congolais ?

Comme l'histoire d'exclusion de cette communauté renseigne, ils ne représentent probablement rien dans le pouvoir du Congo. Ils sont totalement absents dans le pouvoir judiciaire, absent dans le pouvoir législatif, quasi absent dans le pouvoir exécutif. Et cela au niveau national qu'au niveau provincial. Au niveau local, ils ne dirigent aucun territoire, aucun secteur ou chefferie. En quoi peuvent-ils être à la base des maux qui hantent le Congo? Et s'ils ne sont pas responsables,  pourquoi les haïr ? Comment peuvent-ils attirer la jalousie de leurs compatriotes alors qu'ils ne sont rien ?

Pour quoi tous les groupes Maïmaï rêvent l'expulsion des Banyamulenge isolés là dans les montagnes et, dans le cas échéant, leur extermination ?

Pourquoi et comment seulement 40 bergers Banyamulenge, derrière les vaches au Bandundu à la recherche du marché, peuvent alerter et encombrer les esprits de toute une nation qui se dit civilisée ?

Pourquoi seuls les Tutsi et Banyamulenge en particulier ne sont pas libres de circuler dans tous les coins du Congo pour y faire du business ?

Les réponses à toutes ces questions m'échappent. Je serais heureux de rencontrer l'un des plus haineux de tous les congolais pour qu'ils me disent pourquoi ils haïssent les Banyamulenge.

Chers compatriotes congolais qui se disent « Bantus », les Tutsi du Congo et plus particulièrement les Banyamulenge sont vos frères congolais. Ils sont une minorité qui n'a rien et qui ne compte que sur votre protection. Vous feriez mieux de les aimer et de vivre en harmonie avec eux.

Ne croyez pas à l'adage selon laquelle "le malheur des uns est le bonheur des autres". La nation congolaise est une et indivisible. Le malheur des uns sera nécessairement le malheur des autres. Si vous tendez un piège, nous allons y tomber tous.  Si vous préparez une fosse aux lions, nous y serons jetés tous. Nous devons choisir soit de vivre ensemble ou de mourir ensemble.

Donc, vous avez intérêt à donner la paix aux tutsi,  car c'est ça votre paix et votre bonheur.

Pour conclure, nous faisons appel:

1. Au gouvernement congolais et à la communauté internationale de mettre en place les mécanismes de protection du peuple Tutsi congolais, avant que le pire ne tombe. La campagne de haine a atteint son paroxysme au point de craindre que le mal peut arriver à tout moment.

Les messages et les déclarations qui circulent dans les réseaux sociaux font état d'une haine paroxystique. J'ose croire que l'idéologie du génocide qui se dit au Rwanda  voisin,  aurait été importée ici chez-nous.

2. A l'église catholique, et plus particulièrement à la CENCO, impliquée dans le rétablissement de la démocratie, nous leur demandons de dénoncer le langage incendier et divisionniste de leur confrère ce message s'adresse plus spécialement à Mgr Timothée Bodika, Évêque de Kikwit.

3. A tous les congolais dits « Bantus » qui ont encore de l'humanité. Bien que j'aie semblé généraliser dans mon exposé, je sais que vous y êtes et que vous êtes majoritaire. Nous vous prions de ne pas vous taire devant cette situation où certains de nos concitoyens semblent concevoir des projets macabres contre nos compatriotes Tutsis.

#Erbing