Tuesday, November 12, 2019

Le calvaire des Banyamulenges: Mémoire d’un Peuple abandonné

Le calvaire des Banyamulenges: Mémoire d'un Peuple abandonné

Installés entre 16-17è Siècle sur les collines de la  Ruzizi  en provenance de la Tanzanie,Burundi et Ruanda de l'avant de la conférence du Berlin;
17è Siècle : Rescapés de la guerre de Bagaza 
18è Siècle : Rescapés de l'esclavagisme
18è Siècle : Guerre avec les Lions afin de s'installer dans les hauts plateaux de Mitumba qui étaient encore vierge ;
1884-1889 : L'Afrique est divisée en ++ morceaux, le Congo devient  le patrimoine privé de Léopold II, ce dernier supprime 3 Chefferies appartenant aux Banyamulenges pour les rendre Sans terres,non originaires,non autochtones,immigrés,. ;
1960 : Le Congo accède à l'indépendance, les Banyamulengessont écartés au gâteau national ;
1964 : La guerre de mulele s'éclate, les Banyamulengess'arrangent  aux côtés du gouvernement au moment où les communautés voisines s'arrangeaient aux côtés des rebelles ;  
1981 : Les Banyamulenges sont surnommés les Transplantés, du fait qu'ils ne peuvent pas être catalogués en même temps congolais et Tutsi ;
1985,1989,1992 : Victime de la guerre de Moba I na Moba II
1990 : Au Zaire,  les Banyamulenges  sont tous  surnommés des  INKOTANYI suite au lancement de la guerre de libération du Rwanda par l'FPR/APR ;
1993 : Au Burundi, après l'assassinat du Pdt Melchior NDADAYE, les pauvres enseignants Banyamulenges sont massacrés ;
1994 : Ex FAR& Interahamwe arrivent au Zaïre fuyant le Rwanda après avoir exterminé(Génocide) plus de 1 000 000 des tutsis, les Banyamulenges  deviennent leur premier cible ;
-1996EX-FAZ,EX-FAR,INTERAHAMWE,FDD-Nyangoma,FNL-PALPEHUTU,FROLINA, GRASAB(Groupe d'Action et de Soutien à Anzuluni MBEMBE) créent la Coalition pour la cause éthnique des Grands Lacs Africains en guise d'extermination des Banyamulenges, d'où la mort de plus de 4 586 personnes ;
07/10/1996 : Le Gouverneur  a.i du S/Kivu donne un ultimatum de 6 jours aux Banyamulenges de quitter le zaïre sous peine d'être tous tues ;
1998 : Prof. Abdoulaye Ndombasi YERODIYA traite les Banyamulenges comme des vermines et qu'ils doivent subir le même sort des juif(Holocaust : Génocide)
2004 : Bukavu est baptisée ville propre sans Tutsi ;
13/08/2004 : 166 Banyamulenges furent Massacrés àGatumba/Burundi  au vu et au su de la MONUC et ONUB ;
Dès de 2017 à nos jours : Implémentation du plan de Génocide conçu et exécuté en moitié en 1996 par la dite coalition. 

 

Que ce crime de génocide cesse. SAVE BANYAMULENGES"

 

 

Monday, November 11, 2019

Congolese Army working with Mai Mai militias to attack Banyamulenge villages

The following map demonstrate the conspiracy of the Congolese army in the ongoing genocide against Banyamulenge people :

Un Notable Munyamulenge attaqué par les Éléments de l’armée Congolaise

MINEMBWE, SUD- KIVU: le 11/11/2019

Cette information selon la quelle une fois encore les éléments de l'armée Congolaise à Minembwe sont venus dans la nuit pour attaquer un village de Runundu à Minembwe précisément chez le notable Semahoro Karaha est publié dans son entièreté dans un journal local imurenge.com
Selon le Journal http://iMurenge.com, Quatre vaches abattues et d'autres plusieurs blessées par balles des FARDC la nuit de dimanche au lundi du 11/11/2019 à Minembwe.
Selon un habitant de Runundu, là où s'est passé cet acte ignoble, des militaires FARDC ont quittés leur position dans des heures nocturnes , une fois arriver au village ils ont commencés à tirer sur les vaches mais également dans des maisons Dieu aidant aucune personne atteint par balle.
De son côté le bourgmestre de la commune de Minembwe, ces militaires qui ont commis ces actes sont des indisciplinés et ils étaient en état d'ivresse, Mukiza Gad précise que les autorités militaires reconnaissent des dégâts commis par leurs éléments.
L'autorité administrative de Minembwe promet que la justice militaire de Minembwe va faire son travail pour remettre les propriétaires des ces vaches dans leurs droit.
Notre source renseigne que les acteurs de cet acte sont arrêtés et sont gardés dans le cachot militaire de Minembwe en attendant qu'ils soient auditionnés.
Ecoutez le bourgmestre de la commune de Minembwe au micro d'Imurenge.com, il s'exprime en Kinyamulenge
Les habitants Les habitants des Minembwe sont victimes des différents actes des tracasseries de la part des militaires FARDC depuis les nouveaux déploiements des militaires pour renforcer la sécurité à Minembwe, là plusieurs fois les autorités militaires ont promis de mettre les choses en ordre chose qui reste une théorie.

Source: iMulenge.com

Sunday, November 10, 2019

SAVE MULENGE

Minembwe continues to be as a concentration camp of thousands of refugees from all the villages of the Mulenge region who have been forced to flee for their lives due to continual attacks from the coalition of local and foreign armed groups namely Maimai, Red Tabara and FNL from Burundi. This coalition of evil doers and murderers have burned almost 99% of Banyamulenge villages, looted their cows and killed many people. On November 07, 2019 the following people were massacred in the village of Kirumba by the Mai Mai group from Babembe, Bafuliru and Banyindu tribus together with Burundian rebels of Red Tabara and FNL :
1. Kibirira Aaron 
2. Nyabagaza Kibirira 
3. Mme Zirayi Kibirira 
4. Mme Mzee Mukukuba 
5. Pasteur Gapata Rwumvakamu
The list of people killed since the beginning of the attacks keeps increasing. As for the cows taken, it is estimated so far that about 40,000 cows belonging to Banyamulenge have been taken away by those killers and over 100 villages burned and completely destroyed.  
Their ultimate goal is to drive out all Banyamulenge from the DRCongo. All these tragic and attrocities are being committed at the watch of the Congolese army and the indifferent United Nations forces. 
In fact, there are many cases where the government forces (FARDC) have been seen giving a helping hands to these militias I order to strengthen them in the fight against the local population who have been helplessly defending themselves. 

This situation has been going for the last two years, the ongoing non stop attacks on civilians and looting of their properties has started since February 2019 until now. 
The civil society, the local community leaders, elected officials, and membres of the Banyamulenge diaspora have been crying out loud for national, regional and international help for innocent people in Mulenge, but sadly the world has once again turned a blind eye with a deep sens of indifference for the cause of Banyamulenge. 
Thousands of families are without food and shelter in Minembwe and other pockets areas.  We have been and still continue to call upon the humanitarian organizations to please provide assistance to the suffering internally displaced Banyamulenge in Minembwe. 
One wonders what's left for the Banyamulenge people to do. Should they stay quiet and wait to be wiped out? Should they be expected to remain loyal to a government that has demonstrated many times over its willingness of exterminating them, violating all their rights even the right to live? 
Needless to say that under the international law and principle when a state fails to its obligation to protect it's citizens, it looses the moral and legal right to rule or govern them. Thus, the DRC as a state has totally lost its legal right and legitimacy over the social and political obligations over Banyamulenge people and Mulenge. It's about time that Banyamulenge despite being in their hour of need, to be bold and take their destiny in their own hands and trust only in God's providence. 

Save Mulenge oh Lord!

Friday, October 25, 2019

Une Autre Victime de la FARDC à Minembwe

Mme. Kabibi Kagiriro shot by a gouvernement Soldier in Minembwe. 

Minembwe le 25 Octobre 2019,

Incroyable, mais vrai, une unième victime de FARDC ( force armée congolaise) à Minembwe. 
Alors que la population Banyamulenge continue d'être victimes d'agression et des attaques meurtrières par la coalition des milices mai mai, les éléments de l'armée Congolaise se joignent aisément aux Mai Mai pour tuer les citoyens Banyamulenge déjà traumatisée par des multiples attaques. 

Aujourd'hui c'est Mrs Kabibi fille de Kagiriro de Mishashu à Minembwe  qui est assassinée par un militaire de FARDC alors qu'elle venait du marché de Vendredi. 
Il ya seulement quelques jours que les leaders communautaires de Banyamulenge inclus les membres du gouvernement ont fait une déclaration accusant le gouvernement de la RDC d'être complice dans l'exécution du genocide commise contre le Banyamulenge. 
Les exécuteurs de genocide de Banyamulenge sont essentiellement des Mai Mai et les groupes armés Burundais Red Tabara et FNL. 
Malheureusement , certains éléments de la FARDC ont ouvertement commencé à aider les milices Mai Mai afin de déstabiliser la population Banyamulenge et les expulser de leurs terres natale. 

Qui vivra verra. 

Mhz. 


Monday, October 21, 2019

PAS DE NÉGOCIATION AVEC LES MAIMAI

*PAS DE NÉGOCIATION AVEC LES MAIMAI*


Les banyamulenge ne sont pas près à négocier avec la Maimai. Pas parce que nous ne voulons pas la paix mais parce que les exigences des Maimai ne sont pas négociables.

Le Maimai:

1. Ne veulent pas notre nom, notre identité. Nous ne pouvons pas négocier notre identité (banyamulenge)

2. Veulent nous ravir la nationalité congolaise. Nous ne pouvons pas négocier notre nationalité

3. Veulent nous exterminer. Nous ne pouvons pas négocier notre vie

4. Veulent nous chasser du territoire congolais. Nous ne pouvons pas négocier de vivre sur le sol congolais. 

5. Veulent s'approprier de notre richesses (les vache). Nous ne pouvons pas négocier notre richesse.

6. Veulent l'annulation de la commune Minembwe. Cela ne nous concerne pas.

Qu'est ce que nous pouvons négocier avec les Maimai?

En principe, quand on accepte de négocier on s'apprête à céder face à certaines exigences du côté adverse. Or, pour notre cas avec les Maimai:

- Nous ne sommes pas près à abandonner notre identité

- Nous ne sommes pas près à céder la nationalité

- Nous ne sommes pas près à céder notre vie

- Nous ne sommes pas près à être déportés vers le Rwanda

- Nous ne sommes pas près à céder notre richesse

- En fin, nous ne sommes pas près à négocier le statut de Minembwe comme commune. Ils doivent négocier avec le Gouvernement

Alors, qu'est ce qu'on peut négocier avec les Maimai❓Au moment où nous ne sommes pas près à céder quoique ce soit face aux exigences de Maimai, inutile de négocier.

*Luc*

Démenti à la déclaration de l'éminent Docteur Dénis Mukwege et celle du journaliste Roberto du 06. Octobre 2019

*Démenti à la déclaration de l'éminent Docteur Dénis Mukwege et celle du journaliste Roberto du 06. Octobre  2019*

*LE MASSACRE DE LEMERA N'EST PAS NI LE 1er, 2ème OU 3ème CRIME CONTRE L'HUMANITÉ EN 1996*

Nous avons lu l'article paru dans le journal *hht://l'interview.cd/rdc* du 06-octobre-2019, article intitulé *《 RDC: 06 octobre 1996,06 octobre: Dénis Mukwege se souvient du massacre de Lemera 》*,signé par le journaliste  *Roberto Tshahe*.

Dimanche 06.10.2019 l'éminent Docteur Dénis Mukwege et Prix Nobel de la paix 2018, a visité la localité de Lemera, territoire d'Uvira, province du Sud-Kivu- RDC, pour rendre hommage aux  victimes du massacre commis contre les malades,le 06-octobre 1996.

Selon Roberto, le Dr Dénis,lui même rescapé de cet ignoble massacre, se souvient de ce qui s'est passé ce jour là, quand, ses 32 patients furent froidement  fusillés sur leurs lits d'hôpital.Et ,après 23 ans,la justice n'est pas encore dite pour ces personnes atrocement assassinées.

Mes condoléances aux familles des victimes,et ma compassion à notre unique Prix Nobel de la Paix au Kivu, RDC et en Afrique centrale, Dr D. Mukwege, je voudrais émettre mon point de vue sur cette déclaration.

1. *Docteur, le crime de Lemera n'est pas le 1er, le 2ème, ou 3ème de crime contre l'humanité  en (1996).*

L'AFDL a déclenché la guerre en Septembre,et, juste après une semaine de combats entre AFDL  et les FAZ,le 19.09.1996, les crimes graves ont été commis à Fizi, contre la tribu BANYAMULENGE.

Les Banyamulenge de Bibogobogo, en tant qu'un groupe humain ,ont été concomitamment victimes des crimes de génocide et crimes contre l'humanité.

Ces crimes relevant *du droit des gens*, dont les Banyamulenge sont victimes, ont été commis par les forces armées zaïroises, les Mayi mayi et par un groupe humain tribal, les *Babembe*  

Avant octobre 1996 dont évoque Dr Dénis M, des  Banyamulenge de Bibogobogo ont été  nettoyés à *Baraka, Lueba, Ngandja*,et jetés dans le Lac Tanganyika.
Entre 141,153 mineurs Banyamulenge furent victimes du *transfert forcé d'enfants du groupe pour un autre groupe*.

Donc,l'article 2 de la *Convention de prévention et répression du crime de génocide du 09.décembre 1948* dont notre pays a ratifié en 1962, doit être appliqué pour les auteurs de ces crimes.Donc le premier record macabre des crimes *sui generis* ,se situe à Fizi,non à Lemera

*2. Monsieur le journaliste Roberto, la guerre de l'AFDL 1996, n'est pas la première ou la 2ème, 3ème-5ème guerre, ni au Kivu ni au Congo-Zaïre*

Roberto,tu écris,  *《 Rappelons que le massacre de Lemera est le 1er crime de la première guerre, l'un de (617) crimes documentés par l'équipe du mapping report et jamais jugés* 
Roberto, d'où est ce que, tu as puisé que la guerre de 1996, est la première guerre ? Mensonge avec impudence!!!

Après la naissance de notre pays en1885, on a connu les guerres en (1893,1895- 1903, 1914, 1940,1960, 1964,1967) pourquoi celle de 1996, prime-t-elle à ces autres  innombrables GUERRES? 

Ces sentiments de mettre en avant la guerre de l'AFDL (1996-1997), sont ceux des Mayi mayi, qui veulent s'esquiver des responsabilités de la première grande guerre qui a pu déchirer le Kivu et la RDL- RDC et Zaïre 1964 jusqu'à 1986.

Votre article du 06.10 2019, a l'intention de falsifier l'histoire des guerres sempiternelles de notre pays depuis L' E.I.C, à nos jours. 
Sinon c'est être animé de quelle intention, en déclarant ostensiblement que,《Si la communauté internationale est préoccupée par la justice, elle peut commencer par le massacre de Lemera?》

Non, la justice, aurait été faite pour tous les crimes commis dans notre pays,suivant la loi. 

En fin, si, parmi les 617 crimes répertoriés en tant que les premiers crimes graves de 1996,si, ceux perpétrés contre les Banyamulenge ne sont pas cités, ce *Mapping report* est imparfait et incorrecte.
Je respecte éperdument l'éminent Dr D. Mukwege, au point qu'en Avril dernier, mon (a.s.b.l), *Action pour la Paix la Justice et le Travail,(APJT),* a initié la célébration de son prix Nobel à Minembwe avec les femmes soignées par la Fondation Panzi du Dr.
Le nom du Dr  Mukwege ne doit pas  être collé d'un article qui falsifie sciemment l'histoire.

Fait à Bukavu 09.10.2019

*Me Bukuru Ntwari wa N*

Chercheur,Analyste et Humanitaire.